Yassin Salhi, un profil énigmatique pour les enquêteurs

Le suspect de l’attaque du vendredi 26 juin, qui a coûté la vie à un chef d’entreprise, habite ici avec sa femme et ses trois enfants dans ce quartier de Saint-Priest. Qui était-il vraiment ?

Yassin Salhi, un profil énigmatique pour les enquêteursYassin Salhi est toujours, en ce moment, entendu par la police judiciaire.

Un homme discret, selon un voisin, qui discutait encore avec lui il y a quelques jours à peine.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Attentat en Isère : comment s’est radicalisé Yassin S. , le terroriste présumé ? le 27 juin 2015 à 20h56 , mis à jour le 27 juin 2015 à 22h06. attentat-e[email protected]html’) » href= »# » rel= »nofollow »>Attentat en Isère : l’interview de l’épouse du suspect juste avant son interpellationattentat en isère ,islam ,jihad Faits divers Le terroriste présumé de l'Isère aurait été en contact au début des années 2000 avec un homme suspecté d'avoir préparé des attentats avec Al-Qaida en Indonésie.

Durant sa détention, il s’est converti à l’islam et semble s’être radicalisé. Yassin S. dont le casier judiciaire est vierge, est repéré par les services spécialisés au sein d’un groupe de sept ou huit jeunes adeptes de l’islam radical sous l’influence de Salvi, alias Ali ou « le Grand Ali », qui fréquente la mosquée de Pontarlier.

Société – Hier à 22h42UberPOP : la police des taxis voit débarquer 200 renforts Société – Hier à 22h06Attentat en Isère : comment s’est radicalisé Yassin S. , le terroriste présumé ?

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Yassin Salhi, dont le casier judiciaire est vierge, est repéré par les services spécialisés au sein d’un groupe de sept ou huit jeunes adeptes de l’islam radical sous l’influence de Salvi, alias Ali, qui fréquente la mosquée de Pontarlier. dans votre nouveau rendez-vous avec l’information.

L’auteur présumé de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), Yassin Salhi, 35 ans, s’est radicalisé à Pontarlier (Doubs) au début des années 2000 au contact d’un homme soupçonné d’avoir préparé avec des militants d’Al-Qaïda des attentats en Indonésie, a-t-on appris aujourd’hui de sources concordantes.

Aucun élément ne permet pour l’heure de relier cet homme, Frédéric Jean Salvi, à l’action terroriste de vendredi, qui a coûté la vie à un chef d’entreprise du Rhône, dont le corps a été retrouvé décapité, ont toutefois relevé des sources proches du dossier.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

L’auteur présumé de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), Yassine Salhi, 35 ans, s’est radicalisé à Pontarlier (Doubs) au début des années 2000 au contact d’un homme soupçonné d’avoir préparé avec des militants d’Al-Qaïda des attentats en Indonésie, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

Yassine Salhi, dont le casier judiciaire est vierge, est repéré par les services spécialisés au sein d’un groupe de sept ou huit jeunes adeptes de l’islam radical sous l’influence de Salvi, alias Ali ou « le Grand Ali », qui fréquente la mosquée de Pontarlier.

Arrêté en 2000 et condamné pour un trafic de stupéfiants à la faculté des sports de Besançon (Staps) où il étudiait, Salvi est libéré en 2001 et revient en 2003-2004 à Pontarlier, sa ville natale, selon une source proche de l’enquête.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Arrêté en 2000 et condamné pour un trafic de stupéfiants à la faculté des sports de Besançon (Staps) où il étudiait, Salvi est libéré en 2001 et revient en 2003-2004 à Pontarlier, sa ville natale, selon une source proche de l’enquête.

L’auteur présumé de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier s’est radicalisé à la mosquée de Pontarlier, au début des années 2000, auprès d’un homme lui-même soupçonné d’avoir préparé des attentats en Indonésie.

Frédéric Jean Salvi est désormais installé dans une ville britannique, selon une source proche du dossier qui n’a pas précisé laquelle, ni s’il y entretenait toujours des liens avec la mouvance islamiste radicale.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Mais, au milieu des années 2000, le jeune homme fait la connaissance d’un Pontissalien bien moins calme : Frédéric Jean Salvi, surnommé « Ali », un converti radicalisé lors d’un séjour à la prison de Besançon, connu des services pour ses prêches virulents et son prosélytisme agressif. « Yassin était seul, c’était probablement la cible idéale pour les radicaux, qui choisissent leurs proies », explique le responsable de la mosquée.

Marié depuis dix ans, père de trois enfants, Yassin Salhi, le principal suspect de l’attentat contre une usine Seveso de l’Isère et de la décapitation de son employeur, vendredi 26 juin, était connu des services de renseignement depuis 2004.

Mais la concomittence d’un attentat de grande ampleur en Tunisie, qui a fait au moins 38 morts sur une plage près de Sousse vendredi, et les relations nourries depuis une décennies par Yassin Salhi avec la mouvance salafiste ne permettent pas d’écarter la piste d’un attentat conçu avec l’aide de complices.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le suspect, neutralisé par des pompiers et placé en garde à vue, avait été l'objet d'une fiche "sécurité d'Etat" de 2006 à 2008 pour "des faits d'islamisme radical", a confirmé en fin de journée le procureur de Paris, François Molins. "Il avait continué à attirer ponctuellement l'attention entre 2011 et 2014 pour ses liens avec la mouvance salafiste lyonnaise", a-t-il ajouté sans plus de précisions.

Chauffeur-livreur depuis mars dans une entreprise qui était connue chez Air Products à Saint-Quentin Fallavier, où a eu lieu l'attentat, il était "discret" selon les habitants et voisins du petit immeuble de trois étages où vit la famille depuis six mois. "On voyait les enfants jouer en bas de l'immeuble, deux garçons et une fille qui sont en primaire", a dit Soulymen Khablech, un voisin.

La note la plus récente fait état d'absences régulières "et pour des périodes longues estimées à deux ou trois mois sans qu'il soit possible de dire où il se rend", une description peu en accord avec celle faite sur Europe 1 par son épouse, elle aussi placée en garde à vue vendredi.

Lire la suite sur www.boursorama.com…