Woody Allen : « La grande roue est une métaphore de la vie »

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Passion, jalousie, haine, solitude… rien n’a changé depuis les Grecs anciens, estime le réalisateur de « Wonder Wheel ».

A 82 ans, alors que Wonder Wheel sort en France, le réalisateur a déjà fini le tournage de A Rainy Day in New York, qui lui vaut une bronca outre-Atlantique.

Timothée Chalamet et Rebbecca Hall, deux des acteurs de A Rainy Day in New York, ont annoncé qu’ils donneraient les revenus de ce film à des organisations anti-harcèlement.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

En octobre dernier, elle avait pourtant botté en touche en évitant de parler des accusations concernant Woody Allen, réalisateur pour lequel elle tourne dans Wonder Wheel (le long-métrage sort ce mercredi 31 janvier dans les salles françaises).

« J’aurais aimé ne pas l’avoir fait »La comédienne a brisé la règle du roi du silence en s’exprimant dimanche 28 janvier, aux London Critics Circle Awards.

« Des femmes dans le monde entier ont marché dans les rues le week-end dernier contre le harcèlement, l’exploitation et les abus.

Lire la suite sur www.public.fr…

Comment promouvoir le dernier film d’un Woody Allen accusé d’abus sexuels sur sa fille adoptive lorsqu’elle avait 7 ans ?

Difficile de juger le film sur le fond, tant le réalisateur d’Annie Hall ou Manhatan, accusé d’abus sexuels sur sa fille adoptive lorsqu’elle avait 7 ans (Allen a toujours démenti), peine à se sortir de l’avalanche #Metoo.

Il faut dire que ce projet ne partait pas seulement plombé par le passé présumé de Woody Allen : un producteur chez Amazon, qui a financé Wonder Wheel, était lui-même suspecté de délits sexuels.

Lire la suite sur www.franceinter.fr…

Quels sévices Woody Allen a-t-il bien pu infliger à Justin Timberlake pour que l’acteur soit si traumatisé par le tournage de Wonder Wheel ?

Il est habitué à remplir les stades du monde entier depuis l’âge de 16 ans, à électriser les foules avec son pas de danse magnétique.

Il a renversé son image de chanteur « pop-guimauve » de boys band, coupé ses bouclettes blondes peroxydées d’adolescent, quitté Max Martin (l’auteur-compositeur de tous les succès de Britney Spears, Katy Perry, etc.) pour s’associer à d’autres faiseurs de tubes plus branchés, Timbaland et Pharrell Williams, qui l’ont fait entrer dans l’âge adulte.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn