Visite de Macron en Russie : les défenseurs des droits humains tentent de se faire entendre

Limitée à Saint-Pétersbourg, la ville natale de Vladimir Poutine, la première visite officielle d’Emmanuel Macron en Russie, qui débute jeudi 24 mai et qui se poursuivra le vendredi, sera dominée par les questions internationales.

Dans un communiqué publié mercredi, l’ONG internationale exhorte le chef de l’Etat français « à respecter son engagement à plaider en faveur des principes de justice et de liberté d’expression, faute de quoi il apparaîtrait comme se trahissant lui-même ».

A la veille de la venue de M. Macron, deux partisans de l’opposant Alexeï Navalny ont été à leur tour interpellés et condamnés à 30 jours de détention pour avoir relayé sur les réseaux sociaux l’appel de leur chef de file, lui-même sous les verrous pour la même durée, à une manifestation non autorisée contre le « tsar Poutine », le 5 mai.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Malgré les divergences, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ont tenu à afficher leurs convergences sur le maintien de l’accord sur le nucléaire iranien.

Alors que les enquêteurs ont annoncé que le missile qui a abattu l’avion provenait d’une unité militaire russe, le président russe a d’abord affirmé ne pas connaitre les détails de l’annonce car « on (avec Emmanuel Macron) a travaillé toute la journée ».

Le chef du Kremlin a fini par mettre les choses au claire : « Je peux vous dire tout de suite notre vision là-dessus : nous avons dès le début proposé un travail conjoint mais nous n’avons pas été admis à l’enquête.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

C’est dans une de ses résidences préférées, un édifice conçu par Pierre le Grand à 18 km de Saint-Pétersbourg, qu’il a fait réhabiliter dans les années 2000, que Poutine a tenu à accueillir Macron.

Le chef de l’Etat français qui s’est longuement exprimé, a cité l’écrivain Dostojevski pour résumer l’obligation des deux pays qui ont, a t-il dit, intérêt à définir « un vrai terrain de conciliation pour toutes les contradictions européennes ».

« Membres du conseil permanent des Nations Unies, la France et la Russie ont une place à part et cette place nous oblige », a insisté Macron.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Il ne faut toutefois pas s’arrêter ici au cadre, aussi impressionnant soit-il, car le déplacement d’Emmanuel Macron en Russie s’insère dans un tableau parcouru de tensions, du dossier syrien à la crise ukrainienne, en passant par la nébuleuse affaire de l’agent-double russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni.

De la virée de Pierre le Grand sur les terres de Louis XV à la déroute de Nicolas Sarkozy après un entretien avec Vladimir Poutine, plusieurs rencontres ont marqué l’histoire de deux pays situés de part et d’autre de l’Europe mais curieux l’un de l’autre.

Le jour du rendez-vous, la vieille femme est couchée dans son lit, et, rapporte l’écrivain, Pierre écarte sans cérémonie les rideaux autour de celui-ci, la contemple un moment sans rien dire puis quitte les lieux.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…