Un prix du public, la fausse bonne idée des César 2018

Pour sa 43e édition, la cérémonie qui célèbre le cinéma hexagonal veut innover en récompensant le film qui a fait le plus d’entrées en salle.

En 2014, Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu a enregistré le plus gros nombre d’entrées en salle alors que le long-métrage avait été brocardé par la presse comme une comédie gênante et de mauvais goût

En 2009, lors de la 34e cérémonie, le film de Dany Boon Bienvenue chez les ch’tis , plus gros succès de l’histoire du cinéma français, n’avait pas eu les honneurs d’une seule citation.

Voulant d’abord ne pas se rendre à la cérémonie, il y avait finalement fait une apparition, mais vêtu d’un pantalon de survêtement orange qui jurait particulièrement avec son smoking.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

A noter que le jeune Nahuel Pérez Biscayart est à l’affiche des deux longs-métrages mais qu’il a été sélec­tionné dans la caté­go­rie meilleur espoir mascu­lin pour son rôle dans 120 batte­ments par minute.

– une soirée riche en émotions pour Yvan Attal et Char­lotte Gains­bourg : le couple sera présent salle Pleyel le 2 mars et aura l’occa­sion de vibrer à plusieurs reprises puisque Char­lotte Gains­bourg est nommée dans la caté­go­rie Meilleure actrice pour son rôle dans La promesse de l’aube, et qu’Yvan Attal, réali­sa­teur du Brio, retenu dans la caté­go­rie meilleur film, soutien­dra Camé­lia Jordana, sélec­tion­née dans les révé­la­tions fémi­nines, ainsi que Daniel Auteuil qui tentera de décro­cher son troi­sième César de meilleur acteur.

– les grands oubliés: comme chaque année, des grands noms brillent par leur absence car non rete­nus par l’Acadé­mie.

Lire la suite sur www.gala.fr…

Deux films se partagent le record des nominations : “120 Battements par minute” et “Au revoir là-haut”.

A cause de ce que le Landernau du cinéma français surnomme, dorénavant, la « jurisprudence Tahar Rahim » (pour Un prophète, l’acteur avait été sacré, à la fois, meilleur espoir et meilleur acteur), l’extraordinaire Nahuel Pérez Biscayart, l’acteur de l’année, de l’avis de tous, se retrouve uniquement nommé dans la catégorie Espoir masculin.

L’aventure commence, le film de montage et de création d’une vigueur inouïe sur l’aube du cinéma réalisé par Thierry Frémaux.

Lire la suite sur www.telerama.fr…