Un faussaire revendique La Belle Princesse de Léonard de Vinci

Pour réaliser ce dessin, Shaun Greenhalgh raconte dans son livre s’être servi d’un vélin datant de 1587 en guise de toile et l’avoir tourné de 90 degrés sur le chevalet pour imiter la main gauche de Léonard de Vinci.

L’historien d’art et spécialiste de Léonard de Vinci, Martin Kemp, argumente: «Nous avons retrouvé des isotopes de plomb de pigment blanc dans la joue du modèle prouvant qu’il date d’au moins 250 ans. » Et d’ajouter: «Si quelqu’un réalise un faux Léonardo, pourquoi ne pas le promouvoir comme un vrai dessin de Léonardo?

Après une enquête de longue haleine, en 2008, plusieurs experts se sont accordés à dire qu’il s’agit bien d’une œuvre du maître florentin, tandis que d’autres contestent encore son authenticité aujourd’hui. Adjugé 19. 000 dollars à l’époque, La Belle Princesse a été estimée en 2013 à plus de 100 millions de dollars.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Mais Shaun Greenhalgh, qui a passé près de cinq ans en prison pour fraude, assure dans son livre « A Forger’s Tale » (L’histoire d’un faussaire) que c’est lui qui a réalisé l’oeuvre lorsqu’il travaillait dans un supermarché à Bolton, au nord de l’Angleterre. « J’ai dessiné ce portrait en 1978 (… ) Sally qui travaillait aux caisses » était le modèle, écrit-il dans son livre dont des extraits ont été publiés par le Sunday Times.

Shaun Greenhalgh, un des faussaires les plus connus de Grande-Bretagne, revendique la paternité du portrait de « La Belle Princesse » attribué à Léonard de Vinci, soulignant avoir pris Sally, la caissière d’un supermarché, pour modèle , rapporte le Sunday Times dimanche.

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d’accès et de rectification sur ces données nominatives.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

CULTUREBOXUn des faussaires les plus connus du Royaume-Uni, Shaun Greenhalgh, affirme qu'il est l'auteur d'un portrait attribué à Léonard de Vinci et qu'il a pris comme modèle la caissière d'un supermarché nommée Sally, a rapporté dimanche le Sunday Times.

« J’ai dessiné ce portrait en 1978 lorsque je travaillais chez Co-op, » écrit  Greenhalgh dans son livre « A Forger’s Tale » (L’histoire d’un faussaire) dont  des extraits ont été publiés dimanche par le Sunday Times.

Mais Shaun Greenhalgh, qui a passé près de cinq ans en prison pour fraude, assure que c’est lui qui a réalisé l’oeuvre lorsqu’il travaillait dans un supermarché à Bolton, au nord de l’Angleterre.

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

Shaun Greenhalgh dit s’être servi d’un vélin (un papier sans grain) de 1587 en guise de toile et de l’avoir tourné de 90 degrès sur le chevalet au moment de dessiner, pour imiter le style de gaucher propre à de Vinci.

Plusieurs experts certifiaient pourtant, en 2008, que «La Belle Princesse» avait été dessinée par Léonard de Vinci au XVème siècle.

Le célèbre faussaire Shaun Greenhalgh, revendique la paternité d’un tableau jusque-là attribué à Léonard de Vinci.

Lire la suite sur www.directmatin.fr…

Mais Shaun Greenhalgh, qui a passé près de cinq ans en prison pour fraude, assure que c’est lui qui a réalisé l’oeuvre lorsqu’il travaillait dans un supermarché à Bolton, au nord de l’Angleterre. « J’ai dessiné ce portrait en 1978 lorsque je travaillais chez Co-op, » écrit Greenhalgh dans son livre A Forger’s Tale (L’histoire d’un faussaire). « Sally qui travaillait aux caisses » était le modèle, a-t-il précisé, ajoutant qu’elle était, « sous ses airs humbles, une mule butée et imbue d’elle-même ».

Greenhalgh dit notamment s’être servi d’un vélin datant de 1587 en guise de toile et de l’avoir tourné de 90 degrés sur le chevalet au moment de dessiner pour imiter le style de gaucher de Léonard de Vinci.

Des experts ont pourtant conclu en 2008 que le portrait de la jeune femme blonde était un « dessin remarquable de Léonard ».

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Dans son édition du 29 novembre, le Sunday Times révèle que Shaun Greenhalgh, un des plus célèbres faussaires de Grande-Bretagne, prétend être l’auteur de la Belle Princesse, un dessin à l’encre et à la craie pourtant attribué il y a quelques années à Léonard de Vinci.

La France n'est pas qu'une terrasse mais… «La Belle Princesse», un Léonard de Vinci à 150 millions d'euros… ou un faux ? «La Belle Princesse», un Léonard de Vinci à 150 millions d'euros… ou un faux ?

Le célèbre faussaire britannique Shaun Greenhalgh, condamné en 2007 pour faux, affirme dans un livre qu'il est l'auteur de ce dessin, pourtant attribué depuis plusieurs années au grand maître de la Renaissance.

Lire la suite sur next.liberation.fr…

REPLAY – Un des faussaires les plus connus de Grande-Bretagne revendique la paternité d'un portrait attribué au maître florentin. "La Belle Princesse" de Léonard de Vinci, oeuvre d'un faussaire ?

Accueil Actu Société et faits divers "La Belle Princesse" de Léonard de Vinci, oeuvre d'un faussaire ? "La Belle Princesse" de Léonard de Vinci, oeuvre d'un faussaire ?

"La Belle Princesse" de Léonard de Vinci, oeuvre d'un faussaire ?

Lire la suite sur www.rtl.fr…