Un champignon capable d'apprendre sans neurones

Et pourtant, la réponse aux questions est oui… Le Physarum polycephalum, une sorte de champignon – un protiste – jaune citron qui vit dans les sous-bois, large de plusieurs centimètres et pourtant composé d’une unique cellule avec des milliers de noyaux, fait preuve d’étonnantes capacités sous l’œil des chercheurs.

L’étude a été publiée ce mercredi par la Royal Society : une équipe du Centre de recherches sur la cognition animale, à l’université Toulouse III, s’est amusée à proposer une course d’obstacles à notre champignon jaune.

Au début réticent à passer sur la quinine, Physarum polycephalum apprend par habituation à ignorer la substance.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Selon eux, un organisme, non seulement sans l’ombre d’un système nerveux, mais tout bonnement unicellulaire, une amibe baptisée Physarum polycephalum, vivant dans les sous-bois, est bien capable d’une forme d’apprentissage basique, appelée habituation.

Pour les Physarum polycephalum de l’expérience toulousaine, des cellules géantes visibles à l’œil nu, le « jeu » consiste non pas à s’habituer aux touchers d’êtres humains curieux, mais à traverser un pont enduit d’une substance amère pour atteindre leur nourriture.

Les premiers temps, tandis que les amibes du groupe témoin étendent tranquillement leur « corps » extensible sur leur pont pour se sustenter, celles des deux autres groupes déploient timidement une sorte de « doigt » appelé pseudopode, une extension de leur « corps » la plus fine possible, de manière à limiter au maximum les contacts avec la substance amère.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Cet organisme unicellulaire est pourtant doté de capacités étonnantes.

Abonnez-vous au Républicain Lorrain pour lire cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité,
vous devez être abonné à l’une de nos offres 100% numérique.

Lire la suite sur www.republicain-lorrain.fr…

Sciences – Une faculté que l’on pensait liée au système nerveux
Physarum polycephalum, cet organisme ne paie pas de mine.

Pour lire cet article dans son intégralité,
vous devez être abonné à l’une de nos offres 100% numérique.

Lire la suite sur www.estrepublicain.fr…


Un groupe a ainsi été confronté à un « pont » imprégné de quinine, un autre à un pont de caféine tandis qu’un groupe témoin devait passer sur un pont sans substance particulière.

Au fil des jours, les Physarum ont appris que ces substances étaient inoffensives à cette concentration et ils les ont traversées de plus en plus rapidement, se comportant au bout de six jours de la même façon que le groupe témoin.

« Il s’agit d’un processus d’apprentissage simple qui consiste à s’habituer à un stimulus quand on le rencontre fréquemment », explique Audrey Dussutour.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Il n’a pas le moindre neurone, mais il est capable d’apprendre : un organisme vivant étonnant constitué d’une unique cellule a montré qu’il savait tirer des leçons de ses expériences pour se nourrir sans risque, révèle une étude.

« C’est la première fois que l’on prouve qu’un organisme unicellulaire est capable d’apprentissage », déclare à l’AFP Romain Boisseau, chercheur en biologie et co-auteur de cette étude publiée mercredi dans Proceedings of the Royal Society B.
« Cela prouve que l’apprentissage ne nécessite pas forcément de système nerveux (neurones, cerveau) », ajoute Audrey Dussutour, chercheuse CNRS (Centre national de la recherche scientifique) à l’Université Toulouse III Paul Sabatier (France).

Il est capable de se déplacer à la vitesse de 5 centimètres par heure pour trouver de la nourriture.

Lire la suite sur www.lapresse.ca…