Ukraine : Svoboda, un parti d'extrême droite rodé aux affrontements

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

High-Tech – Hier à 11h57Instagram : vous pouvez désormais poster des photos rectangulaires ! le 31 août 2015 à 21h45 , mis à jour le 31 août 2015 à 21h54. deput[email protected]html’) » href= »# » rel= »nofollow »>Députés français en Crimée : à l’origine du voyage controversé, Mariani s’expliqueukraine , kiev Europe Mis en cause dans les violences de lundi devant le Parlement à Kiev, le parti Svoboda est un mouvement d'extrême droite autrefois connu pour son antisémitisme avant de s'illustrer dans les protestations du Maïdan et les combats contre les séparatistes prorusses.

Créé en 1991 sous le nom de « Parti social-national », avant de devenir Svoboda (Liberté en ukrainien et en russe) en 2004, ce parti revendique 20. 000 membres et s’est engagé dans la bataille contre les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine ces seize derniers mois.

Des députés de Svoboda n’hésitaient pas alors souvent à en venir aux mains avec leurs collègues prorusses dans l’hémicycle même. À la faveur du Maïdan, des membres de Svoboda ont obtenu divers postes ministériels dans le gouvernement de transition qui a suivi la fuite du président Viktor Ianoukovitch, puis l’ont progressivement quitté avant et après leur défaite aux élections législatives d’octobre 2014.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Un engin explosif lancé depuis la foule est tombé devant l’entrée principale du bâtiment, faisant de nombreux blessés, essentiellement des membres de forces de l’ordre, mais aussi plusieurs journalistes, a constaté un journaliste de l’AFP.  Un membre de la Garde nationale a succombé à un éclat dans le coeur, selon Natalia Stativko, la porte-parole du ministre de l’Intérieur.

Ce mouvement, qui ne siège plus au Parlement, est un parti d’extrême-droite dont le leader Oleg Tyagnibok s’est fréquemment illustré pour ses excès verbaux contre les Russes ou les juifs.  Ce parti est furieux que les députés accordent une plus grande autonomie à ses ennemis jurés des territoires de l’Est séparatiste.

Certains manifestants brandissent le drapeau du parti d’extrême-droite Svoboda devant le parlement de Kiev en Ukraine, où ont lieu des heurts, le 31 août 2015.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

L’Allemagne a également réagi par la voix du ministère des affaires étrangères, qui s’est félicité que « les auteurs des violences n’aient pas atteint leur but » et que « le Parlement ait franchi [… ] un pas important vers la mise en œuvre » des accords de Minsk. « Nous condamnons avec la plus grande fermeté les émeutes sanglantes qui ont eu lieu aujourd’hui devant le Parlement à Kiev.

Dans le même temps, plusieurs centaines de militants du parti nationaliste Svoboda manifestaient devant le Parlement, protestant eux aussi contre cette réforme, alors que le mouvement d’extrême droite Pravy sektor a déclaré avoir bloqué la circulation dans la rue devant l’assemblée monocamérale. M.

La déflagration a eu lieu alors que des affrontements avaient lieu entre la police et des manifestants, qui protestaient contre l’adoption en première lecture par les députés d’un projet de loi controversé donnant davantage d’autonomie aux territoires de l’Est prorusse.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Au moins un membre des forces de l’ordre a été tué et près de 90 autres blessés ce lundi dans les heurts devant le Parlement ukrainien à Kiev, a indiqué le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov qui a accusé les membres du parti d’extrême droite Svoboda.

Dès le début de matinée, plusieurs centaines de militants du parti Svoboda s’étaient rassemblés devant le Parlement pour manifester contre cette réforme, ne tardant pas à s’affronter avec les forces de l’ordre à coups de grenades fumigènes et de gaz lacrymogène.

Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté devant le Parlement, à Kiev, le 31 août.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Malgré une montée de patriotisme en Ukraine depuis la chute du régime prorusse et le déclenchement du conflit avec les séparatistes, Svoboda n’a obtenu que 4,7% aux législatives de 2014 et ne compte actuellement que deux parlementaires élus à titre individuel.

En 2004, le chef de Svoboda avait été exclu d’un groupe parlementaire plus modéré après avoir évoqué dans un discours public la lutte de l’Armée insurrectionnelle d’Ukraine (UPA) "contre les russkofs, les Allemands, les youpins et autres canailles".

Créé en 1991 sous le nom de "Parti social-national", avant de devenir Svoboda (Liberté en ukrainien et en russe) en 2004, ce parti revendique 20. 000 membres et s’est engagé dans la bataille contre les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine ces seize derniers mois.

Lire la suite sur www.lalibre.be…

L’adoption par les députés ukrainiens d’un projet de loi octroyant une plus grande autonomie aux régions séparatistes de l’est du pays a tourné lundi, devant le Parlement, à l’affrontement entre policiers et manifestants nationalistes, notamment du parti d’extrême droite Svoboda.

Le Président, Petro Porochenko, a promis un châtiment «sévère» après ces violences sans précédent à Kiev depuis le Maïdan.

Au moins 90 membres des forces de l’ordre ont été blessés, selon le ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Bruxelles (AFP) – La violence entre manifestants d’extrême droite et policiers à Kiev en marge d’un vote au parlement sur l’autonomie des régions séparatistes, qui a causé la mort d’un membre de la garde nationale, a été qualifiée mardi de « très préoccupante » par l’Union européenne.

Elle a soutenu le gouvernement ukrainien, jugeant que le projet de loi « facilitera la mise en oeuvre des accords de Minsk » qui prévoient, outre un cessez-le-feu, une plus grande autonomie pour les régions tenues par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

Les incidents d’aujourd’hui sont très préoccupants », a indiqué la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn