Ukraine. Moscou et Kiev s'accusent de saper la paix dans le Donbass

Après une résurgence des tensions dans le Donbass, à l’Est de l’Ukraine, Moscou et Kiev se renvoient mutuellement la responsabilité des nouvelles hostilités.

Moscou et Kiev se sont mutuellement imputé ce mardi la responsabilité du regain de tensions observé ces derniers jours dans l’est de l’Ukraine, théâtre des accrochages les plus meurtriers depuis la mi-décembre.

Les combats se sont déroulés dans la ville industrielle d’Avdiyivka, sous contrôle gouvernemental.Les deux camps s’accusent d’avoir déclenché ces nouvelles hostilités en violation des accords de cessez-le-feu de Minsk de février 2015.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Les combats entre l’armée de Kiev et les rebelles prorusses à Avdiïvka, sur la ligne de front, ont connu une escalade ce mardi.

Au moins 13 personnes ont été tuées depuis dimanche dans ces affrontements, le plus lourd bilan depuis plusieurs mois.

La ville industrielle d’Avdiïvka, située une dizaine de kilomètres au nord du bastion rebelle de Donetsk, est au centre des combats qui font rage depuis trois jours entre l’armée ukrainienne et les rebelles prorusses.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

L’est de l’Ukraine connaissait mardi un regain d’affrontements entre l’armée de Kiev et les rebelles prorusses près d’Avdiïvka, sur la ligne de front, où des milliers de civils sont sans électricité ni chauffage, suscitant l’inquiétude de l’Union européenne.Alors qu’au moins 13 personnes ont été tués depuis dimanche dans des combats près de la ville industrielle d’Avdiïvka, le plus lourd bilan depuis plusieurs mois, la diplomatie de l’Union européenne a dénoncé une « rupture flagrante du cessez-le-feu » mis en place fin décembre.Le Kremlin s’est dit « extrêmement préoccupé » par la situation, par la voix de son porte-parole Dmitri Peskov.Dans un communiqué, le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjorn Jagland, a de son côté appelé les deux parties à « cesser les hostilités et à respecter le cessez-le-feu », jusque là globalement respecté.Avdiïvka, ville située à une dizaine de kilomètres au nord du bastion rebelle de Donetsk, est au centre des combats qui font rage depuis trois jours entre l’armée ukrainienne et les rebelles prorusses.Mardi matin, les autorités séparatistes ont annoncé la mort d’un civil, s’ajoutant aux sept personnes tuées lundi: deux civils, deux rebelles et trois soldats ukrainiens.

Dimanche, quatre soldats ukrainiens et un rebelle y avaient déjà été tués dans des combats.Les belligérants s’affrontaient encore mardi après-midi avec des tirs d’artillerie et de lance-roquettes, selon une journaliste de l’AFP sur place.

« Il n’y a plus d’électricité, nous n’avons pas trouvé de solution pour le chauffage et les conduites de gaz ont été détruites » à Avdiïvka, a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’armée, Olena Mokryntchouk.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Les nouveaux affrontements dans l’est de l’Ukraine sont une « rupture flagrante du cessez-le-feu » imposé par les accords de Minsk et doivent cesser immédiatement, ont affirmé mardi les services d’action extérieure de l’Union européenne.

« Un nombre important de victimes ».

« Les combats intenses autour d’Avdiïvka ces derniers jours, impliquant des tirs lourds d’obus avec des armes interdites et causant un nombre important de victimes, sont une rupture flagrante du cessez-le-feu tel que stipulé dans les accords de Minsk », a estimé cette source dans un communiqué.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Des obus sont tombés par centaines sur les positions ukrainiennes et rebelles qui frôlent la zone industrielle et les quartiers pavillonnaires.Un site stratégiquePour son malheur, Avdiivka est située à un endroit stratégique de la ligne de front qui s’étend de la frontière russe à la mer d’Azov.

La plupart ont aménagé sommairement des abris garnis de conserves et de bougies dans leur jardin ou les sous-sols de leur immeuble pour les jours où les tirs se rapprochent.Des centaines de violations du cessez-le-feu chaque jourLes civils des villes et des villages de la ligne de front sont les témoins de l’échec des accords signés le 13 février 2015 à Minsk, la capitale de la Biélorussie, par les représentants de l’Ukraine, de la Russie et des rebelles sous la supervision de la France et de l’Allemagne.

Des échanges de prisonniers aux négociations sur l’avenir politique des régions rebelles, chaque discussion entraîne d’interminables marchandages dans une ambiance franchement « hostile » selon les diplomates.À lire : Les vétérans du Donbass rêvent toujours à la Grande RussieLe long de la ligne de front, on s’accuse mutuellement d’être à l’origine des premiers bombardements qui entraînent les ripostes.

Lire la suite sur www.la-croix.com…

Les combats entre les forces de Kiev et les militants séparatistes soutenus par la Russie ont repris près d’Avdiivka, situé à dix kilomètres au nord du fief rebelle de Donetsk.

Ce bourg de 16.000 habitants sous contrôle gouvernemental, à proximité de la ligne de front, est devenu le nouveau point de fixation de ce conflit qui dure depuis trente-deux mois, a causé 10.000 victimes, et reste irrésolu en dépit des accords de paix de Minsk.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La reprise du pilonnage de la république populaire autoproclamée de Donetsk (DNR) par les forces ukrainiennes est une mise en scène visant à faire échouer le dialogue engagé entre la Russie et les États-Unis, a estimé le sénateur russe Alexeï Pouchkov.

C’est une tentative de faire échouer le dialogue engagé entre la Russie et les États-Unis, que beaucoup en Europe désapprouvent », a déclaré à RT M. Pouchkov, chef de la Commission du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) pour la politique d’information.

Et d’ajouter que la dégradation de la situation profitait avant tout aux partisans du maintien des sanctions antirusses qui constituent une part importante des pays membres de l’Union européenne et de l’Otan.

Lire la suite sur fr.sputniknews.com…

Au vu du regain de violences entre forces de Kiev et rebelles prorusses dans l’Est séparatiste, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE, un organe institutionnel de l’Union européenne) a dénoncé mardi 31 janvier une « rupture flagrante du cessez-le-feu » et demandé l’arrêt de ces combats.

« Les combats intenses autour d’Avdïvka ces derniers jours, impliquant des tirs lourds d’obus avec des armes interdites et causant un nombre important de victimes, sont une rupture flagrante du cessez-le-feu tel que stipulé dans les accords de Minsk », a estimé cet organe dans un communiqué.

Depuis dimanche, les combats ont causé la mort d’au moins 13 personnes, dont plusieurs civils près d’Avdïvka, ville située à dix kilomètres au nord de Donetsk et contrôlée par les forces de Kiev.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…