Turquie : le bras de fer entre Erdogan et Trump provoque une crise financière

Ce vendredi après-midi, au moment même où le ministre turc de l’Économie dévoilait en direct son nouveau «modèle économique», un tweet de Donald Trump annonçant le doublement des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium provoquait un nouvel effondrement de la livre turque.

La veille, lors d’un déplacement sur les bords de la mer Noire, il s’était déjà appliqué à dénoncer les «nombreuses campagnes qui sont menées» (contre la Turquie).

– Regarder sur Figaro Live

» LIRE AUSSI – Erdogan: un président pour deux Turquie

«Sa présentation PowerPoint n’était guère impressionnante, encore moins rassurante.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Un mouvement qui s’est encore accéléré après l’annonce de Donald Trump, sur Twitter, du doublement des taxes douanières sur l’aluminium et l’acier turcs.

« Leur monnaie, la livre turque, descend rapidement contre notre dollar fort », explique M. Trump, dans son message, en précisant que les importations d’aluminium et d’acier en provenance de Turquie seront désormais taxées à respectivement 20 % et 50 %.

Dans la foulée, la présidence turque a annoncé que M. Erdogan avait eu un entretien téléphonique avec son homologue russe, Vladimir Poutine, pour discuter notamment des échanges commerciaux et de la Syrie.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Selon le quotidien britannique, la BCE craindrait que des emprunteurs turcs ne se soient pas couverts contre la chute de la livre et fassent défaut sur leurs emprunts libellés en devises étrangères, qui constituent environ 40% du bilan des banques turques.

La BCE surveille la situation en Turquie et est en contact avec les banques de la zone euro concernant leur exposition au pays, a indiqué une personne proche du dossier au Wall Street Journal.

Le rendement du Bund à 10 ans s’inscrit actuellement à 0,34%.

Lire la suite sur www.zonebourse.com…

La livre turque a connu vendredi une chute brutale alimentée par l’intensification de la crise entre Ankara et Washington, mais le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu’il sortirait vainqueur de cette « guerre économique ».

La devise turque, qui a perdu près de la moitié de sa valeur face au billet vert depuis le début de l’année, s’échangeait à 6,4 pour un dollar à 16H00 GMT, enregistrant une baisse vertigineuse de 16,4 % sur la journée.

Face à cette déroute, M. Erdogan, qui fait face à l’un de ses plus difficiles défis économiques depuis son arrivée au pouvoir en 2003, a appelé ses concitoyens à la « lutte nationale » en échangeant leurs devises étrangères pour soutenir leur monnaie.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…