Tunisie: appel à la liberté de ne pas jeûner pendant le ramadan

Trente et une associations tunisiennes de défense des droits ont appelé dans une lettre ouverte les autorités à protéger «la liberté de conscience et de religion» en autorisant à manger ou fumer en public durant le ramadan qui a débuté ce jeudi 17 mai 2018.

«Les libertés et droits individuels doivent être protégés par les autorités tunisiennes qui doivent s’opposer à toute tentative de les compromettre pendant le mois de Ramadan», affirme le collectif dans un texte rendu public le 15 mai 2018.

Interrogé en 2017 par une députée sur une circulaire de 1981 ordonnant la fermeture des cafés durant le ramadan, le ministère de l’Intérieur a répondu par un courrier ambigu, selon une copie datée de novembre ayant circulé ces derniers jours dans les médias tunisiens.

Lire la suite sur geopolis.francetvinfo.fr…

C’est le cri lancé par de nombreux citoyens et associations en Tunisie à la veille du Ramadan qui a débuté ce jeudi 17 mai.

Le débat revient chaque année, car le Ramadan est une période qui pose directement la question du respect des libertés, avec son lot de prédicateurs et de prêches diffusés en continu sur les chaînes arabes.

Dans une lettre en réponse à la députée Hager Ben Cheikh Ahmed, il a indiqué que des restrictions sur l’ouverture des cafés seraient prises cette année par « peur du risque d’attentat ».

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…

En 2017, cinq personnes avaient été condamnées à un mois de prison pour avoir mangé ou fumé en public en plein mois sacré.

Crédits : FETHI BELAID / AFP

En Tunisie, un collectif d’associations de défense des droits humains a appelé dans une lettre ouverte les autorités à protéger « la liberté de conscience et de religion » en autorisant à manger ou fumer en public durant le ramadan, qui débute jeudi 17 mai.

Interrogé l’an dernier par une députée sur une circulaire de 1981 ordonnant la fermeture des cafés durant le ramadan, le ministère de l’intérieur avait répondu par un courrier ambigu, selon une copie datée de novembre ayant circulé ces derniers jours dans les médias tunisiens.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…