Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël et choisit à nouveau l’isolement

6

En annonçant, mercredi 6 décembre, que les Etats-Unis reconnaissaient désormais Jérusalem comme capitale d’Israël, Donald Trump a plus donné l’impression de réparer ce qu’il a présenté comme une erreur ancienne que de tracer une perspective inédite de relance des négociations israélo-palestiniennes.

Contraint de geler tous les six mois l’application d’une loi du Congrès votée en 1995 pour transférer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, M. Trump s’était exécuté de mauvaise grâce en juin.

L’échéance de décembre s’est imposée à lui pour précipiter ce revirement, même si pour des raisons pratiques il faudra attendre des mois avant qu’une représentation diplomatique ouvre ses portes dans la ville sainte pour trois religions monothéistes.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le président américain Donald Trump a déclenché la colère des Palestiniens et une vague de réprobation bien au-delà du Proche-Orient en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, une décision en rupture spectaculaire avec la politique de ses prédécesseurs.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l’histoire d’Israël, a salué un jour « historique » réaffirmant par ailleurs l’engagement israélien à maintenir le « statu quo » sur les lieux saints à Jérusalem.

La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé « une violation du droit international » et de la charte des Nations unies.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

La suite après cette publicité

Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël
En quoi la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Israël est-elle dangereuse pour le processus de paix entre les Israéliens et les Palestiniens ?

La Turquie menace de rompre à nouveau ses relations avec l’Israël ; la Jordanie risque de ne pas rouvrir son ambassade en Israël ; l’Arabie saoudite est en train de sortir la cause palestinienne de son agenda diplomatique ; la Chine, membre permanent du conseil de sécurité, monte à la charge pour la première fois dans le conflit israélo-palestinien…
Tous les acteurs de la région sont obligés de se positionner par rapport à ça.

La décision de Trump est, en revanche, supportée par la droite américaine.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

La décision mercredi du président américain Donald Trump de reconnaître « officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël » a suscité une vague de condamnations au sein de la communauté internationale, à l’exception évidemment d’Israël.

M. Netanyahu a aussi assuré que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l’engagement israélien à maintenir le « statu quo ».

– Jordanie: « une violation du droit international »
« La décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et le transfert de l’ambassade des Etats-Unis vers cette ville, constitue une violation des décisions du droit international et de la charte des Nations unies », a estimé le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed Moumenié.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…