Trump affirme qu'il va se mettre en retrait de la gestion de ses affaires

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

En juin dernier, Donald Trump déclarait avoir «121 accords commerciaux en cours dans le monde» dont plusieurs nouvelles acquisitions en Irlande, à Dubaï, en Inde, en Azerbaïdjan, au Brésil, à Panamá… Les présidents argentin et philippin ont déjà activé leurs relations d’affaires avec le promoteur Trump pour entrer en contact avec le président Trump.

Trump a réaffirmé que légalement il n’a aucune obligation d’abandonner la gestion de son entreprise. «Je sens que c’est important (… ) de n’avoir aucun conflit d’intérêts avec mes diverses affaires, en tant que président», a-t-il toutefois indiqué. «Par conséquent, des documents légaux sont en cours de rédaction qui font que je me retire totalement des opérations de gestion des affaires.

Donald Trump envisagerait de confier la direction de ses affaires à trois de ses enfants, selon les maigres détails qu’il a lui-même donnés depuis qu’il s’est lancé dans la course à la Maison Blanche en juillet 2015.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Washington (AFP) – Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a cherché mercredi à faire dégonfler une polémique sur ses conflits d’intérêts en annonçant qu’il se mettrait en retrait de son empire immobilier avant d’entrer à la Maison Blanche le 20 janvier.

Pour son futur chef de la diplomatie, le président élu semble hésiter entre le républicain modéré Mitt Romney, l’ancien patron déchu de la CIA David Petraeus, le sénateur républicain respecté Bob Corker et l’ancien maire à poigne de New York Rudolph Giuliani.

Mais ni le secrétaire d’Etat (diplomatie), ni le secrétaire à la Défense ne devraient être connus cette semaine, a indiqué l’entourage de Donald Trump, alors que ces nominations semblaient imminentes.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Trump nomme Betsy DeVos à l'éducation, une partisane de "l'école libre". #AFP pic. twitter. « Sous sa direction nous allons réformer le système scolaire américain et supprimer la bureaucratie qui handicape nos enfants, afin que nous puissions offrir une éducation et un choix d’écoles de niveau mondial à toutes les familles », a déclaré le président élu.  Betsy DeVos est une farouche partisane du droit à choisir entre école publique, privée ou enseignement à la maison.

Troisième personnage de l’exécutif, voix et visage de l’Amérique dans le monde, ce poste de patron du département d’Etat, le ministère des Affaires étrangères américain, fort d’un réseau de 70. 000 diplomates à travers la planète, fait l’objet d’une âpre bataille.  A cet égard, l’option Mitt Romney, candidat républicain malheureux à la présidentielle de 2012, cacique bon teint de 69 ans, permettrait à Donald Trump de rassurer les diplomates du département d’Etat, les centristes du parti républicain et les pays alliés des Etats-Unis.

Donald Trump a nommé comme ministre de la Santé Tom Price, un républicain anti-avortement et farouche opposant à la réforme de l’assurance maladie Obamacare, provoquant des réactions indignées à gauche. « Il est exceptionnellement qualifié pour mener à bien notre engagement d’abroger et de remplacer Obamacare afin de donner à tous les Américains une couverture santé abordable et accessible », a déclaré Donald Trump.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Selon le site de la Trump Organization, une vingtaine de ces résidences sont implantées aux Etats-Unis, principalement à Manhattan et en Floride, et également dans le reste des Etats-Unis (Las Vegas, Los Angeles… ).

Le groupe n’est en revanche plus présent dans l’industrie des casinos, qui a failli mener Donald Trump à la ruine dans les années 90 et l’a contraint à se déclarer quatre fois en faillite pour renégocier sa dette.

L’empire Trump repose également sur des parcours de golf et des hôtels de luxe aux Etats-Unis et à l’étranger.

Lire la suite sur lexpansion.lexpress.fr…

La famille de Trump va-t-elle gérer l’entreprise pendant que lui sera à la Maison Blanche? 29 novembre 2016 Qui est l’homme qui a blessé 11 étudiants sur un campus de l’Ohio? oz=caO=_ƒw;s‚;z;v}{{s;ƒw;o;pzss;?? 2016 © Le Journal du Dimanche. Le Site LeJdd. fr est édité par Lagardère Digital France.

A chaque initiative de sa société, qu’il s’agisse d’investissements ou de ventes, les partenaires ou les bénéficiaires seraient immédiatement soupçonnés d’avoir obtenu en échange un renvoi d’ascenseur politique ou stratégique de la part de la Maison Blanche, surtout dans le domaine des activités du groupe à l’étranger, là où la loi doit impérativement protéger le président de toute influence étrangère.

Le sujet est délicat par nature, surtout pour quelqu’un qui bâti une partie de sa campagne électorale à dénoncer les conflits d’intérêt au sein de la famille Clinton à la tête de la Fondation Clinton.  Pour Donald Trump, la plupart des hypothèses envisagées ont toutes des inconvénients.

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

N’étant pas côté en Bourse, le groupe dirigé par Donald Trump peut conserver la plus grande discrétion sur ses prises de participation et ses activités.  Les données publiées par la Trump Organization ne précisent ainsi jamais si le groupe est entièrement propriétaire des immeubles, s’il ne détient qu’une part minoritaire ou s’il ne fait que prêter son nom moyennant finances.  Le montant de la dette accumulée par le groupe est également soigneusement gardé secret.  La fortune de Donald Trump reste elle-même sujette à discussion.

Interrogé à plusieurs reprises sur l’avenir de la Trump Organization après son arrivée au pouvoir, Donald Trump n’a jamais donné de réponse précise, à part pour dire qu’il confierait la direction de ses affaires à ses trois enfants aînés, Donald Jr, Ivanka et Eric -qui en sont déjà les vice-présidents exécutifs.

A la tête d’un empire économique aux ramifications internationales, Donald Trump soulève des questions inédites à la Maison Blanche. «Des documents légaux sont en cours de rédaction qui font que je me retire totalement des opérations de gestion des affaires.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter{* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur « Créer un compte », vous confirmez que vous acceptez nos   conditions générales  et que vous avez lu et approuvé la  politique de protection de données personnelles. {* #registrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} {* newPassword *} {* newPasswordConfirm *} En cliquant sur « Créer un compte », vous confirmez que vous acceptez nos   conditions générales  et que vous avez lu et approuvé la  politique de protection de données personnelles.

Depuis sa nomination par Donald Trump, Steven Mnuchin a annoncé qu’il allait mettre en œuvre un certain nombre de promesses du candidat républicain.

Alors, quand Trump se déclare candidat à la présidence, Mnuchin se lance dans sa campagne.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Wilbur Ross, nommé mercredi ministre du Commerce par le président-élu Donald Trump, est un homme d’affaires qui a bâti sa fortune en redressant des entreprises en difficultés et qui est très bien introduit à Wall Street.

L’homme d’affaires Wilbur Ross, nommé ministre du Commerce par Donald Trump, le 29 novembre 2016 à New York (AFP/Bryan R.

Marié trois fois, dont en secondes noces à l’ex-gouverneure adjointe de l’Etat de New York, Betsy McCaughey, Wilbur Ross a deux filles de son premier mariage.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn