Trêve fragile en Syrie, combats sporadiques

« Il y a un réel intérêt et une urgence, au moins pour la Russie et la Turquie en particulier, à profiter de l’élan provoqué par l’évacuation d’Alep et capitaliser sur leur propre rapprochement », note Sam Heller, chercheur au Century Foundation pour qui « l’Iran et le régime seraient plutôt favorables à un règlement militaire ». 17H35
Trêve fragile en Syrie, combats sporadiques 17H04
Poutine décide de ne pas expulser de diplomates américains 17H02
Antonio Guterres prend la tête de l’ONU, à la recherche d’un second… 16H52
Les vœux de Poutine à Hollande et Fillon 16H42
Les nombreux défis d’António Guterres, nouveau patron de l’ONU 16H37
Poutine souhaite une bonne année à Hollande et Fillon 16H24
Brésil/corps carbonisé: l’épouse de l’ambassadeur suspectée 16H24
Israël : le voyage très polémique d’Estrosi pour soutenir Netanyahu 16H21
Donald Trump, véritable ami ou cauchemar potentiel d’Israël ? 15H59
Brésil : l’épouse de l’ambassadeur grec suspectée après la… 15H57
L’année 2016 dans le monde 15H45
Roumanie: un social-démocrate désigné Premier ministre 15H23
Le procès d’Asli Erdogan : « Un rituel d’immolation de sorcière » 14H59
William Salice, l’inventeur de l’oeuf Kinder, est mort 14H44
Nigeria : arrestation du chef de Boko Haram, adoubé par l’EI 14H25
Le chef de guerre Poutine se mue en faiseur de paix en Syrie 14H16
Allemagne : le virage sécuritaire ne fait que commencer 13H54
Poutine assure qu’il n’y aura pas d’expulsions de diplomates… 13H47
Syrie : le fragile cessez-le-feu 13H37
Antiterrorisme – Bernard Cazeneuve : « Il faut se préparer à une… 13H17
Les grands disparus dans le monde en 2016 13H07
Macédoine: quand l’amour surgit entre un policier et une Kurde 12H50
La Russie a-t-elle vraiment hacké l’élection américaine ?

Le cessez-le-feu entre régime et rebelles en Syrie était globalement respecté vendredi, mais des combats sporadiques sont venus rappeler la fragilité de l’accord de trêve parrainé par la Russie et la Turquie.

Ailleurs en Syrie, le régime a mené 16 raids aériens contre des secteurs contrôlés par des groupes rebelles, dont certains liés au cessez-le-feu, dans la province centrale de Hama, a ajouté l’OSDH.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

L’annonce, jeudi 29 décembre, d’un cessez-le-feu en Syrie, une semaine après la reprise officielle d’Alep aux rebelles par l’armée du régime syrien, grâce au pilonnage des bombardements russes, s’inscrit exactement dans cette logique : alors que les précédentes trêves avaient été négociées avec les Etats-Unis, M.  Poutine a choisi, cette fois, la Turquie pour partenaire et a écarté Washington.

En Europe, il contourne l’hostilité des gouvernements de l’UE – suscitée par l’intervention de la Russie en Ukraine en 2014 – en cultivant méthodiquement les liens avec les partis politiques et les personnalités qui lui sont favorables ; l’influence russe dans les milieux politiques et intellectuels européens s’est considérablement renforcée cette année.

Mettant à profit un inexorable retrait de la puissance américaine sous l’égide de Barack Obama, puis la période, toujours délicate pour Washington, de la transition entre une administration sortante qui n’a plus l’initiative et une future équipe qui n’a pas encore les commandes de la Maison Blanche, il veut redéfinir l’équilibre des pouvoirs dans la région.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

A 15 km au nord-ouest de Damas, des combats entre régime et rebelles ont éclaté dans la région de Wadi Barada, l’une des principales sources d’approvisionnement en eau potable de la capitale, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). «Les affrontements sont sporadiques et s’accompagnent de frappes menées par des hélicoptères contre des positions de groupes rebelles et de Fateh al-Cham», a-t-il précisé.

La coopération russo-turque sur le dossier syrien avait repris en juin après des mois de crise et permis d’imposer un cessez-le-feu à Alep. «Il y a un réel intérêt et une urgence, au moins pour la Russie et la Turquie en particulier, à profiter de l’élan provoqué par l’évacuation d’Alep et capitaliser sur leur propre rapprochement», note Sam Heller, chercheur au Century Foundation pour qui «l’Iran et le régime seraient plutôt favorables à un règlement militaire».

Les habitants ont exprimé l’espoir que cette fois-ci le cessez-le-feu tiendra. «Je soutiens la trêve et j’espère qu’elle va durer», dit Ahmed Astify, 31 ans. «Tous, que ce soit les rebelles ou les habitants, sont fatigués». «Nous espérons que cela mènera à la fin de la guerre», a renchéri Mohammed, 28 ans. «Après près de six ans de guerre, tout le monde a conclu qu’il ne pouvait y avoir de solution militaire.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Le cessez-le-feu conclu entre Damas et les rebelles syriens, sous l'égide de la Russie et de la Turquie est historique mais fragile, selon Nicolas Tanzer, professeur de relations internationales à Sciences Po.

De plus, l’alliance diplomatique entre la Russie, la Turquie et l’Iran est « totalement inédite et totalement instable » : « les intérêts objectifs de l’Iran et de la Turquie sont complètement opposés », estime Nicolas Tanzer, qui s’interroge sur le rôle que tiendra la future administration Trump qui sera investie le 20 janvier.

Pour Nicolas Tenzer, professeur de relations internationales à Sciences-Po et président du Centre d’étude et réflexion pour l’action politique, invité vendredi d’Europe 1, cet « énième cessez-le-feu » n’est pas « nécessairement durable ».

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Vendredi matin, des affrontements ont néanmoins éclaté entre les forces de Damas et l’opposition armée sans que l’on sache encore qui a déclenché les hostilités.

Jeudi à minuit, un cessez-le-feu signé entre le régime de Bachar el-Assad et l’opposition armée est entré en vigueur en Syrie.

Pour Joël Weiler, directeur des urgences chez Médecins du monde l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire reste extrêmement fragilisé.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Syrie : malgré le cessez-le-feu, « l’accès aux soins n’est pas garanti », selon Médecins du MondeEn Syrie, un cessez-le-feu est entré en vigueur jeudi à 00h mais il ne permet pas l’accès aux soins pour tous, déplore Joël Weiler, directeur des urgences de Médecins du Monde.

Il n’y a pas encore de « cessez-le-feu global en Syrie », constate le directeur des urgences à Médecins du Monde, Joël Weiler, sur franceinfo au micro de Nicolas Teillard vendredi. franceinfo : Est-ce que le cessez-le-feu facilite le travail de Médecins du Monde en Syrie  ?

Le cessez-le-feu est entre les forces gouvernementales et les rebelles dits « modérés ».  En tout cas, cet accord exclut très clairement (le groupe) Etat islamique, le front Al Nosra, et un paquet de parties prenantes en Syrie.  L’accès humanitaire est extrêmement limité, que ce soit du côté gouvernementale ou non gouvernementale.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

L’annonce de trêve intervient une semaine après la reprise totale de la ville d’Alep (Nord) par le régime du président Bachar al-Assad, sa plus importante victoire depuis 2011, obtenue avec le soutien de ses alliés indéfectibles, Iran et Russie. «Trois documents ont été signés : un premier entre le gouvernement et l’opposition armée sur un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien», le deuxième sur des mesures visant à contrôler le respect de la trêve. «Le troisième est une déclaration sur la volonté (des parties en conflit) de lancer des négociations de paix», a expliqué Vladimir Poutine.

Des accrochages ont été signalés dans la province de Hama (Nord). «Le cessez-le-feu est respecté dans la plupart des régions de Syrie (… ) mais des factions islamistes ont attaqué des positions du régime près de la ville chrétienne de Mahrada», indique Abdel Rahman, chef de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, estime lui aussi que le cessez-le-feu offre une «véritable opportunité» pour trouver «une solution politique» au conflit. «Le cessez-le-feu en Syrie est un succès majeur» sur lequel «il faut construire en attaquant les racines de la terreur extrémiste», estime le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Ces combats surviennent alors qu’une trêve est entrée en vigueur hier soir à 23h00.  Selon l’OSDH, le cessez-le-feu est globalement respecté malgré quelques incidents isolés. dans votre nouveau rendez-vous avec l’information. – L' info le précise , cette fois-ci , très bien , il ne s’agit donc pas de rebelles "dits modérés et les autres" … mais bien une pénurie organisée par le régime pour faire pression sur les factions islamistes et les jihadistes de Fateh al-Cham afin de leur imposer un "accord de réconciliation", selon l'OSDH. !!

La pénurie serait organisée par le régime pour faire pression sur les factions islamistes et les jihadistes de Fateh al-Cham afin de leur imposer un « accord de réconciliation », selon l’OSDH.  L’ONU évalue que quatre millions de personnes à Damas et dans ses environs sont privées d’eau depuis le 22 décembre.

« Les affrontements ont éclaté et se poursuivent près de deux villages de la région de Wadi Barada et s’accompagnent de frappes aériennes menées par des hélicoptères contre des positions de groupes rebelles et de Fateh al-Cham », l’ex-branche syrienne d’al-Qaïda appelé autrefois Front al-Nosra, selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…