Tournée en Nouvelle-Zélande : Jacques Brunel veut bâtir « un mur beaucoup plus consistant »

« C’est toujours difficile de dire, ‘‘on va rivaliser, mettre les Blacks un peu plus en difficulté’’.

Là, on en fait rentrer qui ont joué il y a 10 jours (Ndlr, lors de la finale du Top 14), dont on peut penser qu’ils sont plus dans le rythme et qu’ils vont nous apporter de la fraîcheur mentale sur une troisième ligne qui a été en difficulté, il faut le dire. »

La rédaction vous conseille Tournée en Nouvelle-Zélande : pour les Barbarians, « l’objectif reste de gagner »Le remplacement de Gabrillagues par Le Roux
« Paul Gabrillagues a fait tout le Tournoi avec nous, il a toujours été présent, il ne l’a pas moins été samedi.

Lire la suite sur www.sudouest.fr…

Et on s’aperçoit que la plupart du temps, ç’a été lié à des erreurs grossières : une perte de balle en touche, un mauvais positionnement sur un jeu au pied.

On a été un peu déficients sur notre présence au niveau de la troisième ligne donc on a effectué ces changements.

Mais Le Roux, sur la densité physique et l’aspect défensif, sera peut-être un peu plus efficace sur cette défense qui a un petit peu failli sur le premier test.

Lire la suite sur www.lequipe.fr…

Kévin Gourdon a été titularisé jeudi par le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel au poste de numéro 8 pour le deuxième test-match face à la Nouvelle-Zélande à Wellington, où cinq joueurs feront leur entrée dans l’équipe de départ mais pas le centre Wesley Fofana.

Fofana (30 ans, 44 sél.)

, dont la dernière sélection remonte à novembre 2016 (19-24 au Stade de France face aux… All Blacks), s’est entraîné normalement depuis le début de la semaine après avoir été ménagé la précédente, avant le test à Auckland lorsque les Néo-Zélandais ont corrigé les Bleus (11-52).

Lire la suite sur www.lalsace.fr…

« Avant, j’avais beaucoup plus de mal à accepter (d’être remplaçant), même si Guilhem m’a toujours dit qu’on ne pouvait pas tout avoir dès le début.

Comme il vient de prendre cette saison celle de Dimitri Szarzewski au Racing après avoir rongé son frein l’an passé… Jusqu’à exprimer des envies d’ailleurs — il est sous contrat jusqu’en juin 2019: « J’étais en équipe de France mais je ne commençais pas (en club).

Un statut perdu en novembre dernier, devancé par Clément Maynadier, puis pendant le Tournoi des six nations, en raison cette fois d’une grippe et d’une angine blanche qui lui ont fait manquer le début du Tournoi, où Adrien Pelissié a pointé le bout de son nez.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…