Torture en Algérie : la responsabilité de l’Etat dans la mort de Maurice Audin, une salutaire vérité

Il convient donc de saluer la déclaration faite par le président de la République, jeudi 13 septembre, à propos de Maurice Audin, ce jeune professeur de mathématiques à l’université d’Alger, militant communiste et anticolonialiste, arrêté le 11 juin 1957 par des militaires français et disparu sans que les circonstances de sa mort aient jamais été officiellement établies de façon crédible et sans que son corps ait été retrouvé.

Lire aussi :   Torture en Algérie : le geste historique d’Emmanuel Macron

Soigneusement pesés, les mots d’Emmanuel Macron sont forts : il reconnaît que Maurice Audin « a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté ».

Il avait fallu attendre 2007 pour qu’un président français, Nicolas Sarkozy, déplore, à Alger, la « profonde injustice » de la colonisation.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

HISTOIRE « Ce n’est pas au président de la République de rouvrir la tombe », a lancé celui qui a combattu dans un régiment de parachutistes en 1956-1957 en Algérie…

Emmanuel Macron, a reconnu jeudi que Maurice Audin, mathématicien communiste disparu en 1957, est « mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France ».

Macron commet un acte de division, en pensant flatter les communistes », a déclaré au Talk du Figaro la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN).

C’est un événement de guerre et de guerre civile, où les règles qui sont appliquées ne sont pas toujours celles de la SDN », a demandé l’ancien président du FN (devenu RN en juin), Jean-Marie Le Pen, interrogé par RTL.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Emmanuel Macron a reconnu jeudi 13 septembre que la France était responsable dans la disparition de Maurice Audin, ce qui a suscité une forme de choc, voire brisé un tabou.

« C’était une décision qui était difficile et ça n’est pas une décision qui est agréable puisque c’est reconnaître une responsabilité d’État, une responsabilité d’une fraction de l’armée à un moment donné », selon Alain Duhamel.

« Je pense qu’il faut avoir le courage pour certaines périodes qui sont beaucoup plus noires de reconnaître les choses, surtout en ce qui concerne la réalité des faits, il n’y a pas beaucoup de doutes », ajoute-t-il.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

, «Jusqu’où ira Macron»… La presse algérienne commentait le 14 septembre 2018 les déclarations du président français reconnaissant la responsabilité de la France dans la mort du militant communiste Maurice Audin.

Le quotidien francophone souligne que le président français s’est rendu personnellement au domicile de la veuve et des enfants Audin et a mis en cause «un système dont les gouvernements successifs ont permis le développement: le système appelé « arrestation-détention » à l’époque même, qui autorise les forces de l’ordre à arrêter, détenir et interroger tout « suspect » dans l’objectif d’une lutte plus efficace contre l’adversaire Ce système s’est institué sur un fondement légal: les pouvoirs spéciaux.»

Dans le journal, Samir Ghezlaoui note que l’association Maurice Audin a célébré dans un communiqué un «acte essentiel», tout en s’engageant à poursuivre son combat pour que tous ceux, Français et Algériens, qui furent comme Audin «torturés et assassinés, soient identifiés et reconnus et que leurs corps puissent être retrouvés».

Lire la suite sur geopolis.francetvinfo.fr…