Tokyo 2020: Le président du comité olympique japonais mis en examen en France pour soupçons de «corruption…

JEUX OLYMPIQUES La justice française soupçonne le paiement de pots-de-vin à Tsunekazu Takeda en vue de l’obtention des Jeux Olympiques 2020 au Japon…

Le président du comité olympique japonais Tsunekazu Takeda a été mis en examen en décembre à Paris pour « corruption active » dans l’enquête française sur l’attribution des JO de Tokyo 2020, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information du quotidien Le Monde.

L’enquête, ouverte en mai 2016, porte sur deux paiements destinés à la société Black Tidings, liée à Papa Massata Diack, personnage central de plusieurs affaires de corruption au sommet du sport mondial.

Takeda, actuel vice-président du comité d’organisation des JO 2020, avait déjà été interrogé début 2017 par des magistrats de Tokyo, à la demande de la justice française.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

A un an et demi du début des Jeux olympiques (JO) de Tokyo, prévus du 24 juillet au 9 août 2020, c’est une nouvelle dont les organisateurs et le Comité international olympique (CIO) se seraient bien passés.

Selon les informations du Monde, Tsunekazu Takeda, président du Comité olympique japonais et maître d’œuvre des JO de Tokyo 2020, a été mis en examen du chef de « corruption active » par le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke.

L’élégant homme de 71 ans, cheveux gris brossés en arrière et fines montures, incarne les JO de Tokyo, bien qu’il ne soit officiellement « que » vice-président du comité de l’empereur Meiji a participé à cinq JO depuis Munich en 1972, comme cavalier puis entraîneur de l’équipe d’équitation.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le président du comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda, a été mis en examen en décembre à Paris pour «corruption active» dans l’enquête française sur l’attribution des JO de Tokyo-2020, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information du quotidien Le Monde.

M. Takeda, actuel vice-président du comité d’organisation des JO-2020, avait déjà été interrogé début 2017 par des magistrats de Tokyo, à la demande de la justice française.

L’enquête française sur les JO de Tokyo et celle, parallèle, sur ceux de Rio, ont été ouvertes par le parquet national financier (PNF) à la suite des découvertes réalisées lors des investigations internationales menées d’abord contre un vaste système de corruption mis en place au sein de l’IAAF pour permettre à des athlètes russes dopés d’éviter ou retarder les sanctions.

Lire la suite sur sport24.lefigaro.fr…

Pour Rio, ce n’est autre que le président du comité olympique brésilien Carlos Nuzman, qui a été soupçonné d’avoir perçu des pots-de-vin.

Lorsqu’il avait été interrogé sur l’épineuse question de soupçons de corruption, l’actuel président du CIO Thomas Bach précisait le 13 septembre 2017 à Lima qu’il s’agissait d’agissements isolés.

L’ex-président emblématique de l’institution, Juan Antonio Samaranch avait bien vu son image écornée, notamment en 1998, au moment du scandale des JO d’hiver de Salt Lake City, organisés en 2002.

Lire la suite sur sport.francetvinfo.fr…

Le président du comité olympique japonais Tsunekazu Takeda a été mis en examen en décembre à Paris pour « corruption active » dans l’enquête française sur l’attribution des JO de Tokyo 2020, a appris l’AFP vendredi de source judiciaire, confirmant une information du quotidien Le Monde.

M. Takeda, actuel vice-président du comité d’organisation des JO 2020, avait déjà été interrogé début 2017 par des magistrats de Tokyo, à la demande de la justice française.

Cet ancien puissant consultant marketing de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), présidée de 1999 à 2015 par son père, Lamine Diack, lui-même membre influent du CIO, est soupçonné d’avoir touché plusieurs millions d’euros de pots-de-vin sur des contrats de sponsoring ou pour favoriser les candidatures de Rio et de Tokyo aux JO de 2016 et 2020.

Lire la suite sur rmcsport.bfmtv.com…