Texas: le risque chimique s’ajoute au fléau des inondations

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La peur d’une pollution chimique planait jeudi sur les sinistrés américains de la tempête Harvey, après des explosions accidentelles dans une usine texane qui ont libéré des fumées potentiellement dangereuses mais pour l’instant sans concentrations toxiques.

De nouveaux incendies de produits instables sont à redouter dans ce site industriel, opéré par le groupe français Arkema, a mis en garde Richard Rennard, un responsable de la société.

Avec son épouse Loyce, Lane Averett a dû abandonner sa maison située dans la zone à évacuer, pour s’installer dans un abri géré par une église de Crosby.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr…

Je ne connais pas l’organisation des secours sur place, mais il est essentiel d’avoir un périmètre suffisant pour garantir la sécurité de la population.Benoît Sallé, expert dans les domaines de prévention des incendies et explosionsà franceinfoDans un communiqué, Arkema précise qu’il existe un risque de nouvelles explosions et appelle les riverains à ne pas revenir dans la zone d’évacuation qui avait été établie dans un rayon de 2,5 km.Dans une usine, les peroxydes organiques peuvent aussi présenter « des risques pour l’organisme » des employés qui les manipulent, relève Benoît Sallé.

En ce qui concerne les éventuelles conséquences écologiques des explosions de l’usine Arkema au Texas, franceinfo a interrogé Eric Thybaud, responsable du pôle « Dangers et impact sur le vivant » à la direction des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques).

D’après lui, les peroxydes organiques ne sont « pas des produits connus pour avoir des propriétés éco-toxicologiques », c’est-à-dire que s’ils sont amenés à se répandre dans l’eau, par exemple après une inondation, ils ne sont « pas toxiques pour la faune et la flore ».

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Ce jeudi vers 2h du matin (7h GMT), un incendie s’est déclaré dans l’usine de produits chimiques Arkema à Crosby au nord-est de Houston.

LIRE AUSSI >> Tempête Harvey: ne pas évacuer Houston, un choix polémique mais logique

Cet incendie à provoqué un panache de fumée irritante.

« Les peroxydes organiques sont extrêmement inflammables et, en accord avec les autorités, la meilleure chose à faire est de laisser l’incendie s’éteindre de lui-même », a également expliqué Arkema, invitant la population à rester loin de l’usine par crainte de nouvelles explosions.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Souvenez-vous : la même année, les Guatémaltèques avaient défilé massivement pendant des semaines pour protester contre les affaires de corruption dans lesquelles était impliqué le président de l’époque, Otto Perez et sa vice-présidente, rappelle le quotidien La Prensa qui poursuit : « tous deux avaient perdu leur immunité, avaient dû céder leurs postes et se trouvent actuellement en prison ».

Le chef de la mission de l’ONU contre la corruption au Guatemala, le Colombien Ivan Marquez, et la procureure générale du pays, Thelma Aldana, ont demandé à la Cour suprême guatémaltèque de lever l’immunité du chef de l’État, en raison de soupçons de financement illégal de sa campagne électorale.

Furieux, le président a ordonné l’expulsion immédiate du chef de la mission de l’ONU, Ivan Marquez.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Le panache provoqué ce jeudi par l’explosion dans l’usine chimique Arkema, inondée au nord-est de Houston, au Texas (sud), « est extrêmement dangereux », a affirmé le directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema).

Le panache de fumée noire provoqué par les deux explosions sur le site chimique Arkema à Crosby, au Texas est extrêmement dangereux a affirmé le directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema).

« Nous basons bon nombre de nos évacuations sur ce qu’on appelle une modélisation du panache et, par conséquent, oui, ce panache est extrêmement dangereux », a déclaré le directeur de la Fema, Brock Long, lors d’une conférence de presse.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Particulièrement surveillée depuis le passage de la tempête Harvey, l’usine chimique du groupe français Arkema a connu deux explosions dans la nuit de mercredi à jeudi, entraînant des fumées potentiellement irritantes.

Se basant sur les données collectées au cours d’un survol du site tôt dans la matinée, L’EPA, l’agence américaine de l’environnement, a affirmé quelques heures plus tard dans un communiqué que l’incendie n’a pas généré «de concentration inquiétante de matériaux toxiques à l’heure actuelle».

«Vers deux heures du matin heure locale, nous a été notifiés par le Centre d’opérations d’urgence du comté de Harris de deux explosions et de fumées noires provenant de l’usine Arkema à Crosby», a fait savoir le groupe dans un communiqué.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

« Vers deux heures du matin heure locale, il nous a été notifié par le Centre d’opérations” urgence du comté de Harris deux explosions et des fumées noires provenant de l’usine Arkema à Crosby », explique le groupe français dans un communiqué.

A lire L’impact économique de l’ouragan Harvey sera lourd

Sur place, les responsables de l’usine chimique avaient prévenu que la situation risquait de s’aggraver, dès mardi 9 août, après l’évacuation totale du site.

« Nous nous préparons à Crosby à ce que nous estimons être un scénario du pire », avait indiqué le patron de la filiale américaine Kenneth Rowe dans un communiqué diffusé sur le site d’Arkema USA, tout en assurant « avoir des plans pour cette éventualité ».

Lire la suite sur www.la-croix.com…

De nombreuses évacuations ont eu lieu à proximité du rédaction de LCIDeux explosions et des émanations de fumée opaque ont été signalées ce jeudi en pleine nuit dans l’usine chimique du groupe français Arkema à Crosby, au Texas, inondée après des pluies diluviennes déversées par la tempête Harvey.

Le panache provoqué par l’explosion « est extrêmement dangereux », a affirmé le directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema) en début de matinée, heure locale.

« Nous basons bon nombre de nos évacuations sur ce qu’on appelle une modélisation du panache et, par conséquent, oui, ce panache est extrêmement dangereux », a-t-il ajouté.

Lire la suite sur www.lci.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn