Syrie: Moscou et Pékin bloquent des sanctions de l'ONU

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – La Russie et la Chine ont bloqué mardi des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d’armes chimiques, marquant le premier grand désaccord entre Washington et Moscou au Conseil de sécurité depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

La nouvelle proposition de sanctions faisait suite à une enquête conjointe menée par les Nations unies et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a conclu en octobre que le régime syrien avait mené au moins trois attaques avec des armes chimiques en 2014 et 2015 contre les villes de Tell Mannas, Qmenas et Sarmin.

Vladimir Poutine l’avait encore martelé quelques heures avant le vote: imposer des sanctions « n’aiderait pas le processus de négociations » pour la paix en Syrie, le président russe qualifiant d’éventuelles mesures contre le pouvoir syrien « d’inopportunes » dans le contexte des pourparlers laborieux menés à Genève sous l’égide de l’ONU.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

A Bichkek, au Kirghizistan, Vladimir Poutine l’avait encore rappelé quelques heures avant le vote : imposer des sanctions « n’aiderait pas le processus de négociations » pour la paix en Syrie pour mettre un terme à un conflit qui a fait plus de 310 000 morts depuis 2011. « Cette résolution est très opportune », a rétorqué après le vote l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley, devant les membres du Conseil. « C’est un triste jour pour le Conseil de sécurité quand les membres commencent à trouver des excuses à d’autres Etats membres qui tuent leur propre peuple.

La Russie et la Chine ont mis leur veto, mardi 28 février, à un projet de résolution de l’ONU prévoyant des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d’armes chimiques dans le conflit qui ensanglante le pays depuis près de six ans.

Un projet de résolution préparé par Paris et Londres préconisait des sanctions contre des responsables et organismes syriens, en lien avec l’utilisation d’armes chimiques. 28. 02. 2017 à 19h04 • Mis à jour le
28. 02.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La Chine et la Russie ont opposé mardi leur veto au Conseil de sécurité des Nations unies à un projet de résolution, défendu par Paris et Londres, prévoyant des sanctions contre la Syrie pour l’utilisation d’armes chimiques contre sa population civile.

Le texte avait été préparé par Paris et Londres dans le sillage de la publication des conclusions de la mission d’enquête conjointe de l’Onu et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).  L’enquête a conclu que les forces gouvernementales syriennes étaient responsables de trois attaques au chlore et que les djihadistes de l’Etat islamique avaient utilisé du gaz moutarde.

Le texte prévoyait des sanctions contre le régime de Damas pour l'utilisation d'armes chimiques contre sa population civile.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

La Russie et la Chine ont mis mardi leur veto à une résolution de l'ONU qui prévoyait des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d'armes chimiques dans le conflit qui ensanglante le pays depuis près de six ans.

Vladimir Poutine l’avait encore martelé quelques heures avant le vote: imposer des sanctions « n’aidera pas le processus de négociations » pour la paix en Syrie, avait averti le président russe, qualifiant d’éventuelles mesures contre le pouvoir syrien « d’inopportunes ».

Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW), les forces gouvernementales syriennes ont encore perpétré au moins huit attaques chimiques au cours des dernières semaines de la bataille d’Alep, tuant neuf personnes.

Lire la suite sur www.rts.ch…

La Russie et la Chine ont mis mardi leur veto à une résolution de l’ONU qui prévoyait des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d’armes chimiques dans le conflit qui ensanglante le pays depuis près de six ans.

La Russie et la Chine ont mis mardi leur veto à une résolution de l’ONU qui prévoyait des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d’armes chimiques dans le conflit qui ensanglante le pays depuis près de six ans.

Le projet de résolution, présenté par le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis, a reçu neuf votes pour et trois votes contre, ceux de la Chine, de la Russie et de la Bolivie.

Lire la suite sur www.courrierinternational.com…

La Russie et la Chine, ainsi que la Bolivie, ont mis leur veto ce mardi à l’ONU aux sanctions envers la Syrie. (mardi 28 février)
Le Conseil de sécurité des Nations unies va être le théâtre d’un nouveau bras de fer entre les Etats-Unis et la Russie, en profond désaccord sur l’imposition de sanctions à la Syrie pour avoir utilisé des armes chimiques. (Mardi 28 février 2017)
Nasr al-Hariri, le président de la délégation du Haut Comité des négociations: «Nous espérons que la Russie va adopter une attitude positive». (27 février 2017)
L’armée syrienne a effectué lundi une percée face aux djihadistes de l’EI dans la province septentrionale d’Alep (photo) et en direction de la cité antique Palmyre. (27 février 2017)
«Toute plate-forme qui refuserait de condamner» les attentats sera «considérée comme complice du terrorisme», a déclaré l’ambassadeur syrien Bachar al-Jaafari. (Dimanche 26 février 2017)
un véhicule rempli d’explosifs s’est introduit au milieu d’un rassemblement de soldats turcs et a fait 50 victimes. (Vendredi 24 février 2017)
Ces pourparlers ont été présentés par l’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura comme une «opportunité historique». (Vendredi 24 février 2017)
Les négociation à Genève s’annoncent très difficiles et nombre de questions restent en suspens, sur l’ordre du jour ou les modalités des discussions. (Vendredi 24 février 2017)
Au moins 131 cadavres de rebelles ont été retrouvés mercredi et jeudi dans deux fosses communes près de la ville de Khan Cheikhoun, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). (Jeudi 23 février 2017)
Staffan de Mistura, le médiateur de l’ONU pour la Syrie, est peu optimiste sur l’issue de ces nouvelles négociations qui commencent jeudi à Genève. (Mercredi 22 février 2017)
Le patron des opérations humanitaires de l’ONU Stephen O’Brien dénonce un convoi d’aide pillé en Syrie. (Mercredi 22 février 2017 – Image d’archive)
«Notre objectif est de couper la route vers Raqa et d’assiéger l’EI…

L’EI a perdu 23% de son territoire en 2016. (Mercredi 18 janvier 2017)
Un général syrien et huit soldats ont été tués par une explosion dans un tunnel près de Damas. (Mardi 17 janvier 2017)
Certains groupes rebelles syriens souhaitent prendre part aux négociations de paix qui auront lieu au Kazakhstan. (Lundi 16 janvier 2017)
La région de Wadi Barada est au centre de confrontations entre les forces gouvernementales et rebelles. (Dimanche 15 janvier 2017)
Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a lancé une offensive majeure samedi contre les secteurs prorégime de la ville syrienne assiégée de Deir Ezzor. (Samedi 14 janvier 2017)
L’état-major de l’armée syrienne a accusé vendredi l’armée israélienne d’avoir tiré dans la nuit plusieurs roquettes contre la base aérienne militaire de Mazzé, aux abords de Damas. (Vendredi 13 janvier 2017)
Au moins huit personnes ont péri dans un attentat suicide à Kafr Soussa, un quartier de la capitale où se trouvent des bases militaire et des renseignements. (Jeudi 12 janvier 2017)
La Russie est d’accord pour que les Etats-Unis participent le 23 janvier à Astana, au Kazakhstan, aux pourparlers sur le règlement du conflit en Syrie. (Jeudi 12 janvier 2016)
Les pourparlers de paix sur le règlement du conflit en Syrie, parrainés par la Russie, l’Iran et la Turquie, auront lieu le 23 janvier à Astana, au Kazakhstan. (Samedi 7 janvier 2017).

Selon l’alliance arabo-kurde combattant le groupe Etat islamique, l’administration Trump leur aurait envoyé des blindés. (Mardi 31 janvier 2017)
«Nos forces armées (… ) ont accompli leur mission en rétablissant la sécurité et la stabilité dans les localités de Wadi Barada», à 15 kilomètres au nord-ouest de la capitale privée d’eau potable, annonce un communiqué de l’armée. (Dimanche 29 janvier 2017)
Les frappes ciblent Al-Bab, bastion de l’EI dans la province septentrionale d’Alep. (photo d’illustration)
Les commerçants constatent l’état de leurs échoppes dans les souks historiques d’Alep. (Vendredi 27 janvier 2017)
Sergueï Lavrov: «La date du 8 février a été reportée à la fin du mois prochain», soit février. (27 janvier 2016)
Tulsi Gabbard, représentante démocrate d’Hawaï, a rencontré Bachar el-Assad en janvier. (Mercredi 25 janvier 2017 – Image d’archive)
Astana a débouché, au terme de deux journées difficiles, sur une déclaration commune des trois «parrains» du processus qui s’engagent à instaurer un mécanisme de contrôle du cessez-le-feu fragile en vigueur depuis le 30 décembre. (Mardi 24 janvier 2017)
L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie Monsieur de Mistura.

Lire la suite sur www.20min.ch…

La France a regretté mardi le rejet de la résolution sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie à cause du veto opposé par la Russie à ce texte qui prévoyait des sanctions contre le régime de Damas pour son utilisation d’armes chimiques dans le conflit qui ensanglante le pays depuis près de six ans. "Avec les Etats-Unis et le Royaume Uni, la France a présenté au conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution visant à sanctionner les auteurs des attaques chimiques que le mécanisme conjoint d’enquête et d’attribution (JIM) a confirmées en Syrie.

En adoptant la convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC), la communauté internationale a voulu bannir à jamais la mise au point, la fabrication, le stockage et l’emploi de telles armes de destruction massive, a indiqué le chef de la diplomatie française, affirmant que ce régime de non-prolifération, qui constitue un enjeu essentiel pour la paix et la sécurité internationales, doit à tout prix être préservé.

Cette résolution proposait des sanctions contre 11 responsables syriens, principalement des chefs militaires, et 10 organismes, tous en lien avec l’utilisation d’armes chimiques en Syrie à trois reprises en 2014 et 2015.

Lire la suite sur www.atlasinfo.fr…

Cela « ferait juste du tort ou minerait la confiance » envers ces négociations, a-t-il souligné mardi à Bichkek, au Kirghizstan. « Cette résolution est très opportune », a rétorqué l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley, devant les membres du Conseil. « C’est un triste jour pour le Conseil de sécurité quand les membres commencent à trouver des excuses à d’autres États membres qui tuent leur propre peuple », a-t-elle ajouté après le vote. « Le monde est sans aucun doute plus dangereux » après ce rejet.

La Russie et la Chine ont bloqué mardi des sanctions contre la Syrie pour son utilisation d’armes chimiques, marquant le premier grand désaccord entre Washington et Moscou au Conseil de sécurité depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

La nouvelle proposition de sanctions faisait suite à une enquête conjointe menée par les Nations unies et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a conclu en octobre que le régime syrien avait mené au moins trois attaques avec des armes chimiques en 2014 et 2015 contre les villes de Tell Mannas, Qmenas et Sarmin.

Lire la suite sur www.ledevoir.com…