Sur le point d’être démis, Jacob Zuma menace l’Afrique du Sud en direct

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Mercredi 14 février, en ce jour de la Saint-Valentin, Jacob Zuma, qui devrait être, d’ici quelques heures, démis de ses fonctions par une motion de défiance initiée par l’opposition mais soutenue – du jamais-vu – par son propre parti, a décidé de menacer son pays en direct sur la chaîne publique SABC.

Lire aussi :
 

Afrique du Sud : le président Zuma refuse de démissionner, juge la situation « injuste »

Dans l’intervalle, la police menait un raid retentissant au domicile et dans les bureaux de ses alliés, les frères Gupta, saisissant du matériel et arrêtant notamment l’un de ces hommes d’affaires soupçonnés d’être les cerveaux de l’opération de mise à sac des ressources publiques instaurée pendant les deux mandats de M. Zuma, avec la complicité active de ses propres enfants.

Son ex-épouse et mère de ses enfants, Nkosazana Dlamini-Zuma, qu’il voulait voir lui succéder pour le protéger, justement, des poursuites judiciaires qui s’accumulent dans son ciel comme un orage, a elle aussi pris froidement ses distances, soutenant la décision de l’ANC de rappeler Jacob Zuma.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le bras de fer se poursuit entre Jacob Zuma et son parti, l’ANC.

Mardi, à l’issue d’une réunion-marathon à huis clos de treize heures, les dirigeants du parti au pouvoir avaient acté le départ de Jacob Zuma sous 48 heures.

ANALYSE >> Afrique du Sud: Jacob Zuma, par ici la sortie

Le président, qui a estimé « très injuste » la décision de son parti, a renvoyé l’annonce de sa décision à une déclaration solennelle plus tard dans la journée, ce mercredi.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Le président sud-africain Jacob Zuma n’a pas annoncé sa démission exigée par son parti, le Congrès national africain (ANC), lors d’un entretien télévisé aujourd’hui sur la chaîne publique SABC, mais a assuré qu’il s’exprimerait plus tard dans la journée.

LIRE AUSSI – En Afrique du Sud, l’ANC «finalise» le départ de Zuma

Jacob Zuma a estimé aujourd’hui « très injuste » l’ordre de son parti, le Congrès national africain (ANC), lui enjoignant de démissionner, estimant qu’il n’avait rien fait qui justifie une telle décision.

La décision prise par l’ANC de « rappeler » le président est « basée sur une mauvaise interprétation (des textes) que dans le cas où le président de l’ANC est élu, il devient le président de la République », a estimé Jacob Zuma.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé mardi de « rappeler » le président Jacob Zuma, qui a jusqu’à présent refusé de démissionner malgré les injonctions de son parti, ont rapporté des médias locaux.

« Cela a pris treize longues heures, mais le Comité national exécutif (NEC) de l’ANC a décidé de rappeler Jacob Zuma de son poste de chef de l’Etat », a écrit le site d’informations The Times.

L’ANC a donné 48 heures au président pour démissionner, a précisé le groupe audiovisuel public SABC.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn