Sur l'attentat des Champs-Elysées, Marine Le Pen ne s'épargne aucune contradiction

17

Sauf pour Marine Le Pen qui, ce vendredi 21 avril, donnait une conférence de presse en réaction à l’attentat survenu hier sur les Champs-Elysées, dans lequel un policier a été tué.

« Tout a été fait pour que nous perdions la guerre »
Pourtant, quelques secondes après cette ode à l’unité, la candidate d’extrême droite s’est lancée dans une charge violente ciblant tour à tour le gouvernement, le chef de l’État et ses adversaires politiques.

Appel à l’unité de la Nation tout en attaquant avec une rare violence les partis politiques et la justice », a réagi Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, qui estime que la candidate FN « est prête à tout et à utiliser tous les événements pour pouvoir grappiller quelques pourcentages ».

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a estimé vendredi, au lendemain de l’attaque sur les Champs-Elysées, que « depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous perdions » la « guerre » contre le terrorisme.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Or depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous la perdions », a dénoncé Mme Le Pen depuis son QG de campagne parisien.

Au lendemain d’un attentat sur les Champs-Élysées au cours duquel un policier a été tué, et à deux jours du premier tour de la présidentielle, la présidente du FN a estimé qu’il fallait une « présidence qui agisse et qui protège (…).

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Marine Le Pen a fait de la lutte contre le terrorisme une de ses priorités, surtout en cette fin de campagne, puisque la candidate opère depuis quelques semaines un virage à droite en se concentrant sur les questions identitaires et sécuritaires.

« Marine Le Pen n’est pas celle qui pourra protéger nos concitoyens », a-t-il déclaré sur RTL, jugeant « ridicule » le rétablissement des frontières qu’elle propose.

Lors de son meeting à Marseille, Marine Le Pen avait accusé ses adversaires de « taire le problème du terrorisme islamiste », répétant à de nombreuses reprises que rien n’avait été fait.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

D’autant plus qu’il a été « sponsorisé », c’est-à-dire que l’auteur a payé Twitter pour augmenter la visibilité de son tweet.

Denis Truffaut, encarté au Front national et conseiller municipal d’Arcueil, dans le Val-de-Marne, a affirmé jeudi soir sur le réseaux social que seule « Marine Le Pen propose d’agir » après « l’attentat terroriste islamiste sur les Champs-Elysées ».

Contacté par L’Express, il assume son tweet et le sponsoring et balaye les accusations de récupération politique.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Dans un discours assez vif porononcé depuis son QG de campagne, Marine Le Pen a affirmé que « cette guerre nous est menée sans pitié et sans répit ».

Nos policiers sont attaqués parce qu’ils sont les symboles de l’État », estime la candidate, considérant que « la France n’est pas visée pour ce qu’elle fait, mais pour ce qu’elle est ».
»

En direct : après l’attaque sur les Champs-Élysées, trois proches de l’assaillant en garde à vue
« La réponse doit être globale, totale, celle du pays tout entier », affirme la candidate, mettant en cause « les gouvernements de droite et de gauche » et leurs politiques « depuis dix ans ».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La présidente du Front national (FN) Marine Le Pen a dit vendredi redouter de nouveaux attentats.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui figurent parmi les favoris de la présidentielle, ont affiché ce vendredi matin, au lendemain de l’attentat sur les Champs-Elysées, une approche radicalement différente de la lutte contre le terrorisme, dans le fond, et dans la forme.

…des interprétations divergentes…Sur les motifs de cette attaque, la candidate du FN «ne croi[t] pas du tout» qu’elle ait eu pour but d’influencer le résultat de l’élection.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

La candidate du Front national à la présidentielle demande « la restauration des frontières », « l’expulsion immédiate des fichés S étrangers » et la fermeture des organisations salafistes.

Depuis son QG de campagne, situé à deux pas des Champs-Elysée, c’est à dire là où un policier a été tué par un terroriste islamiste jeudi soir et un autre grièvement blessé, la candidate du Front national s’est exprimé ce vendredi matin dans des termes durs vis-à-vis des gouvernements actuel et précédents.

Or depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous la perdions », a dénoncé la candidate du Front national.Dans une intervention d’un peu moins de dix minutes, sur un registre très sécuritaire comme on peut l’imaginer, elle a demandé « solennellement » à un « président notoirement défaillant » et à ce « gouvernement éphémère usée par l’inaction » d’ordonner « la restauration effective de nos frontières », « l’expulsion immédiate des fichés S étrangers », et « l’engagement de poursuites pour intelligence avec l’ennemi pour les fichés S de nationalité française ».

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers.

Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters.

Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon.

Lire la suite sur www.boursorama.com…