Suivez en direct les Victoires de la musique : la surprise Bigflo & Oli

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La première Victoire de la soirée, l’album «Musiques du monde», est remise par Miss Univers 2016 en personne, Iris Mittenaere, à -M -, Toumani & Sidiki Diabate et Fatoumata Diawara pour le disque afro-pop Lamomali.

C’est la dixième Victoire de la musique pour Matthieu Chedid, qui rejoint au palmarès des Victoires Johnny Hallyday et Alain Souchon et se rapproche un peu plus du recordman de trophées, Alain Bashung (12).

«Simple, basique»: Orelsan décroche une première Victoire de la soirée – celle du clip vidéo de l’année – pour Basique, titre phare de son nouvel album, La Fête est finie.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La 33e cérémonie des Victoires de la musique ne pouvait pas faire l’impasse sur la carrière de Johnny Hallyday, monument de la musique francophone décédé dans la nuit du 5 au 6 décembre des suites d’un cancer.

Dès la première minute du show, en direct de la Seine Musicale à Paris, les anciens musiciens du Taulier, mené par le guitariste Yarol Poupaud, ont joué les accords de Toute la musique que j’aime, tube sorti en 1973.

Ce n’est pas tout : les chanteurs Slimane et Florent Pagny ont ensuite repris en duo Requiem pour un fou, titre autrefois interprété par Johnny Hallyday et Lara Fabian.

Lire la suite sur www.programme-tv.net…

HOMMAGES – Le 5 décembre dernier disparaissait le plus célèbre des rockeurs français, Johnny Hallyday.

Deux mois plus tard, Les Victoires de la Musique, diffusées ce vendredi 9 février sur France 2, ont tenu à lui rendre hommage.

Ainsi, ses six musiciens et le chef d’orchestre Yvan Cassar, ont ouvert la cérémonie en interprétant, sans chanter, « Toute la musique que j’aime », avant même l’arrivée de Daphné Bürki.

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Puis Slimane et Florent Pagny, qui ont chacun participé à l’album hommage « On a tous quelque chose de Johnny » récemment paru, les ont rejoint sur scène pour reprendre « Requiem pour un fou », un des plus grands tubes du « taulier » datant de 1976.

Avec cet album coloré dans lequel il déclare sa flamme au Mali, le fils de Louis Chedid a été paradoxalement préféré dans cette catégorie à des artistes maliens : Amadou et Mariam (« La confusion ») et Oumou Sangaré (« Mogoya »).

« Je voudrais saluer la curiosité du public et tous les musiciens maliens qui ont participé à cette aventure », a déclaré -M-, mentionnant notamment Toumani Diabaté « maître de la kora » (instrument à cordes malien), son fils Sidiki et la chanteuse Fatoumata Diawara.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn