Squattée à Nantes, la maison des retraités libérée en urgence

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Constatant qu’il y a bien eu une «violation de domicile» puisqu’il s’agissait d’une maison occupée occasionnellement et nullement d’une ruine ou d’un bâtiment abandonné, les forces de l’ordre sont finalement intervenues, le délai de 48 heures sans réaction des propriétaires ne suffisant plus à protéger les squatteurs.

La police s’est rendue sur place dès mardi pour déloger les squatteurs et restituer leur maison au couple de septuagénaires.

Le groupe de 13 squatteurs qui occupaient depuis le début du mois la maison annexe d’un couple de septuagénaires nantais en a été délogé dès hier comme le rapporte le quotidien Ouest France.

Lire la suite sur immobilier.lefigaro.fr…

Mardi soir, vers 19h, des équipes de police se sont présentées au logement situé à l’est de la ville, à la demande du parquet de Nantes, et ont procédé à l’expulsion des occupants se trouvant à l’intérieur.

FAITS DIVERS La police est intervenue mardi soir pour expulser les squatteurs d'une maison appartenant à un couple de retraités…

Le couple de retraités, qui avait constaté il y a quelques jours que leur maison nantaise avait été squattée par des inconnus pendant leur absence, peut pousser un ouf de soulagement.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Ils avaient pris possession de la maison en l’absence des propriétaires. 13 squatteurs ont été délogés mardi soir par la police à Nantes, alors qu’ils occupaient la maison d’un couple de retraités depuis le 1er août, rapporte France Bleu Loire Océan.  Les propriétaires septuagénaires avaient eu la mauvaise surprise de découvrir à leur retour de vacances leur maison occupée.

Une dizaine de squatteurs ont été évacués mardi soir par la police d'une maison de septuagénaires à Nantes qu'ils occupaient depuis le 1er août.

Sur la porte, les squatteurs avait pris le soin d’afficher un mot manuscrit : « Ceci est notre domicile (… ) nous ne voulons rien détériorer.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Treize personnes – se présentant comme sans domicile fixe – ont investi, début août, leur résidence annexe, qu’ils ont longtemps habitée puis délaissée au profit d’une habitation «jugée plus commode», rapporte ce mardi le quotidien Ouest France. « Cette maison est habitée depuis le 1er août 2017. Ceci est notre domicile.

Treize personnes occupent depuis le 1er août la seconde maison d’un couple de retraités à Nantes, qui vont devoir lancer une procédure d’expulsion s’ils veulent récupérer la jouissance de leur bien.

Des retraités ont eu la mauvaise surprise de découvrir qu’un groupe d’une dizaine de personnes s’est installé dans leur résidence annexe.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Lire la suite sur www.ledauphine.com…

Depuis quelques semaines, treize personnes squattent une maison cossue de Nantes, au grand dam des propriétaires, un couple de retraités.

Faut-il autoriser les portables en prison ? PHOTOS. EN IMAGES. PHOTOS.

Les septuagénaires n’habitaient plus la maison depuis 2007.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

En la matière, la législation stipule que les policiers doivent être alertés dans les 48 heures suivant l’intrusion pour pouvoir ensuite déloger les squatteurs.  Au-delà, « bien qu’occupants sans droit ni titre, les squatteurs disposent des mêmes droits qu’un locataire en matière d’expulsion », précise Le Figaro.

Ouest France explique que le couple a vécu dans cette maison pendant des années avant d’en faire un lieu de vie annexe en 2007, préférant une autre demeure plus pratique.

En leur absence, treize personnes bien informées sur la procédure légale s’étaient installées dans leur maison, rapporte Ouest France.

Lire la suite sur www.sudouest.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn