Soudan du Sud: violents combats à Juba où l'ONU veut plus de Casques bleus

L’ambassade des Etats-Unis à Juba a pour sa part fait état de « combats sérieux entre le gouvernement et les forces d’opposition » alors qu’un travailleur humanitaire installé à Juba a parlé « de combats très, très lourds », ajoutant que ses collègues et lui-même étaient barricadés chez eux.

Sur des photos prises par un témoin et envoyées à l’AFP, au moins un de ces hélicoptères est entré en action, tirant une roquette.

Des habitants se sont réfugiés dans un camp de l’ONU, à proximité duquel les combats ont éclaté, et qui abrite déjà 28.000 déplacés.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Lire aussi : Le Soudan du Sud au bord du cataclysme
Sur les radios, un appel à la cessation des hostilités par l’influent Conseil des Eglises du Soudan du Sud tourne en boucle depuis dimanche.

Des diplomates ont par ailleurs confié que la question d’un embargo sur les armes à destination du Soudan du Sud, prôné par les Occidentaux mais qui se heurte à des réticences russes, n’avait pas été abordé lors des consultations.

« Pendant trop longtemps, le Conseil de sécurité s’est reposé sur la bonne volonté des dirigeants du Soudan du Sud » et « a brandi des menaces vides d’embargo sur les armes et de sanctions individuelles », s’est indigné dans un communiqué Akshaya Kumar, directeur adjoint de HRW pour l’ONU.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La guerre civile, qui oppose les partisans du président Salva Kiir, à ceux du vice-président et ancien chef rebelle Riek Machar, déchire ce jeune pays par intermittence, faisant des dizaines de milliers de morts et trois millions de déplacés.

Selon la mission de l’ONU au Soudan du Sud et des médias locaux, les affrontements gagnaient en intensité dans la matinée.

Dans la nuit, tandis que le Conseil de sécurité de l’ONU réuni en urgence exigeait du président sud-soudanais Salva Kiir et de son rival, le vice-président Riek Machar, de « faire le maximum pour contrôler leurs forces respectives et mettre fin d’urgence aux combats », le fracas des armes s’était tu.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Les habitants de la capitale du Soudan du Sud se sont réveillés lundi matin au son de tirs d’armes automatiques, au lendemain d’un déferlement de violence qui a traumatisé la population et suscité la réprobation d’une communauté internationale impuissante.

De violents combats, accompagnés de fortes explosions, ont opposé lundi matin dans la capitale sud-soudanaise Juba les forces loyales au président Salva Kiir aux ex-rebelles du vice-président Riek Machar, ont rapporté plusieurs témoins et sources diplomatiques dont l’ambassade des Etats-Unis à Juba.

Selon la mission de l’ONU au Soudan du Sud et des médias locaux, les affrontements gagnaient en intensité dans la matinée.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

« La capacité de l’ambassade de procurer des services d’urgence aux citoyens américains à Juba est extrêmement limitée », a prévenu dimanche le porte-parole du département d’Etat américain John Kirby dans un communiqué.

LIRE AUSSI >> Le Soudan du Sud, Etat mort-né
Les combats entre les soldats fidèles au président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du vice-président Riek Machar ont fait en fin de semaine au moins 270 morts, selon des médias locaux.

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil exigent aussi du président sud-soudanais Salva Kiir et de son rival, le vice-président Riek Machar, de « faire le maximum pour contrôler leurs forces respectives et mettre fin d’urgence aux combats ».

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a condamné les combats féroces qui ébranlent la capitale du Soudan du Sud, Juba, entre les forces armées fidèles au président Salva Kiir et celles du vice-président du pays, Riek Machar.

Hier, dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil exigent que Salva Kiir et Riek Machar, fassent «le maximum pour contrôler leurs forces respectives et mettre fin d’urgence aux combats».

Dans son communiqué, le Conseil dénonce les récentes violences et en particulier les attaques contre les populations, soulignant que s’attaquer aux civils et au personnel de l’ONU peut constituer un crime de guerre.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Malgré un processus de paix engagé depuis l’été dernier, et le partage du pouvoir entre les deux ennemis de toujours, le président Salva Kiir et son vice-président Riek Machar, les combats ont finalement repris intensément ce week-end.

Ce lundi matin, les habitants de Juba, capitale du Soudan du Sud, se sont réveillés au bruit des tirs d’armes automatiques.

Quelques heures plus tard, des tirs résonnaient près du palais présidentiel, puis dans d’autres quartiers de la capitale, dénoncés d’une voix commune par Salva Kiir et Riek Machar.

Lire la suite sur www.franceinter.fr…

Violents combats au Soudan du Sud : 270 morts et des milliers de déplacés
Les combats entre les soldats fidèles au Président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du Vice-président Riek Machar ont pris des proportions importantes.

L’on dénombre au moins 270 personnes tuées et des milliers d’autres en fuite.

Lire la suite sur www.afrik.com…