Séisme : plus de 300 morts au Pakistan et en Afghanistan, les secours s'organisent

Au moins 228 morts au Pakistan.   Des milliers d’habitants ont passé la nuit dehors, dans des températures glaciales, effrayés à l’idée de se trouver chez eux si des répliques survenaient, rapportent les medias pakistanais.  «Le travail des secours est en marche et des tentes, des couvertures et des matelas sont apportés», explique à Reuters un responsable de la gestion des catastrophes au Pakistan.

Au moins 76 morts en Afghanistan.  Le Premier ministre afghan Abdullah Abdullah a évoqué au moins 76 morts ce mardi, dont trente dans le Kunar (est) où quelque 1500 maisons ont été détruites, dix au Nangarhar (est), neuf dans le Badakhshan et deux dans la province de Baghlan.

La majorité des victimes a été très vite recensée au Pakistan, où l’autorité de gestion des catastrophes naturelles fait état de 228 morts et plus de 1. 600 blessés, surtout dans le nord-ouest. «De nombreuses maisons et de nombreux bâtiments se sont effondrés en ville», a notamment expliqué le maire de Peshawar, dans le nord-ouest du pays.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

La majorité des victimes étaient cependant dans l’immédiat recensées au Pakistan, où le séisme a fait au moins 214 morts et plus de 1800 blessés, principalement dans le nord-ouest, selon les services de secours.

Le bilan de la catastrophe risque de s’élever à mesure que les secours progresseront dans ces zones désormais isolées du reste du monde par cette secousse de magnitude 7,5 qui a provoqué des glissements de terrain et coupé les communications.

Les secouristes tentaient mardi de retrouver les victimes du puissant séisme qui a fait près de 300 morts aux confins du Pakistan et de l’Afghanistan.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Il a couru vers l’école de ses fils pour «mourir ensemble si nous devons mourir». «De nombreuses maisons et de nombreux bâtiments se sont effondrés en ville», a déclaré le maire de Peshawar, Arbab Muhammad Asim. «L’immeuble tanguait comme un pendule, j’avais l’impression que le ciel allait s’écrouler d’un moment à l’autre», a raconté à l’AFP Tufail Ahmed, un commerçant de cette ville où de nombreuses personnes demeuraient prises au piège de bâtiments effondrées.

Pour nombre d’habitants de la région, le séisme de lundi a ravivé le douloureux souvenir du terrible tremblement de terre de magnitude 7,6 qui avait fait plus de 75. 000 morts il y a dix ans, le 8 octobre 2005. «J’ai eu peur que cela soit le retour du Jour dernier», raconte Shehnaz Rasheed, 34 ans, un habitant de Muzaffarabad, dans le Cachemire pakistanais, qui a perdu sa fille dans le tremblement de terre il y a dix ans.

Ainsi, la police n’a toujours pas réussi à joindre les autorités du district de Kohistan, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest) pour s’enquérir du sort de ses 500. 000 habitants, a indiqué un officier de Peshawar, le chef lieu provincial. «Le système de communications a été interrompu et les routes coupées, donc nous ne pouvons rien dire sur les dégâts là-bas» a indiqué le policier à l’AFP.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Le bilan risque de s’alourdir au cours des prochains jours en raison des moyens de communication coupés et de l’accès difficile des secours sur place. « Nous n’avons pas encore toutes les informations sur l’étendue du désastre et les localités les plus affectées », expliquait mardi matin Charles Godfrey Byamugisha, le coordinateur en Afghanistan de la cellule de réponse aux désastres naturels pour le Croissant-Rouge.

Un puissant séisme de magnitude 7,5 a frappé l’Asie du Sud, lundi 26 octobre, à 13 h 39 heure locale, faisant plus de 300 morts en Afghanistan et au Pakistan, dans des régions montagneuses isolées et aux prises avec l’insurrection des talibans.

Selon l’Institut américain de géologie (USGS), l’épicentre du séisme se situait à Jurm, dans les montagnes reculées du Badakhchan, à l’extrême nord-est de l’Afghanistan, à environ 250 kilomètres de la…

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

En Afghanistan, la présence de talibans fait craindre à certaines ONG que l’accès aux sinistrés soit restreint par manque d’informations sur la sécurité. « Nous n’avons personne sur place pour nous donner des précisions sur la situation sécuritaire », comme le regrette le responsable d’une organisation occidentale.

Le puissant séisme de magnitude 7,5 qui a secoué lundi l’Asie du Sud, a fait près de 300 morts au Pakistan et en Afghanistan, dont 12 écolières afghanes tuées dans une bousculade en fuyant leur école, selon de nouveaux bilans publiés dans la nuit de lundi à mardi.

Des milliers d’autres personnes ont été blessées par la secousse, particulièrement longue, qui a poussé la population à se précipiter dans les rues en Inde, en Afghanistan, au Pakistan et au Tadjikistan.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…