Simon Fourcade : «Du grand monsieur Martin !»

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

«Voilà un succès qui efface la déception du sprint dimanche…

Martin en avait gros sur la patate d’être passé un peu à côté de ce sprint (8e) à cause des conditions mais pas que… Martin a fait des choix qui lui ont été préjudiciables hier (dimanche), avec Franck (Badiou, l’entraîneur du tir).

Il y a une sorte d’orgueil et de fierté mais je crois que Martin a aussi un truc.

Il arrive à gérer ses émotions et quand on est près de lui, parfois ça fait peur.

Lire la suite sur www.lequipe.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Triple champion olympique à Grenoble en 1968 (slalom, descente, géant), le plus grand skieur français de tous les temps était le seul Tricolore à avoir remporté trois médailles d’or aux Jeux d’hiver, tous sports confondus.

En dominant la poursuite à Pyeongchang, Martin Fourcade a lui aussi décroché son troisième titre aux J.O. pour rejoindre son illustre ainé dans la légende.

Effectivement, ce n’est peut-être pas fini, puisqu’il a encore quatre opportunités d’accroître son palmarès olympique, via les deux dernières courses individuelles et les deux relais.

Lire la suite sur www.eurosport.fr…

On peut remercier Antonin Guigonnat et les autres membres de l’équipe de France de biathlon d’avoir ouvert leurs bras à un Martin attristé par sa course ratée de la veille, ce sprint qu’il avait « coché plus que toutes les autres courses » et qui reste malgré tout une « page froissée » comme il l’a expliqué en zone mixte, la mâchoire raidie par un froid toujours aussi impitoyable.

Quand soudain…

« Et ce matin j’ai vu une photo de mon tir couché sur les réseaux sociaux, j’ai vu que les fanions étaient bien plus inclinés sur mon tir que ce que j’avais réellement perçu.

À partir du moment où j’ai vu cette photo, j’ai compris que c’était en aucun cas de la malchance, c’était en aucun cas une incompréhension ou quelque chose de surnaturel qui m’avait fait louper mais que finalement c’était à cause de moi.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn