Sierra Leone : un couvre-feu imposé pour éradiquer le virus Ebola

Le président sierra-léonais Ernest
Bai Koroma a imposé vendredi un couvre-feu de 18h00 à 6h00 dans
deux districts dans le nord du pays, dans le but d’atteindre zéro
infection à virus Ebola à travers le pays.

« Jusqu’à ce que le dernier patient
du virus Ebola soit libéré et le pays passe 42 jours sans
enregistrer un seul (nouveau) cas, nous ne pouvons pas être déclaré
libérés du virus Ebola », a déclaré M.

Dans les 14 districts que compte la
Sierra Leone, 42 jours, période requise par l’Organisation mondiale
de la santé (OMS) pour déclarer l’élimination d’Ebola, sont passés
dans 11 autres districts sans aucun cas notifié.

Lire la suite sur french.china.org.cn…

Une des dernières poches de l’épidémie, dans un large cercle autour de Kambia, en Sierra Leone, et Forécariah, en Guinée. 50 kilomètres de persistance de la fièvre hémorragique qui a fait 11 000 morts sur 27 000 cas identifiés.

Retour entre Guinée et Sierra Leone, où les services sanitaires ne parviennent pas à en finir avec l’épidémie meurtrière de fièvre hémorragique.

Une route, dans cette région où les Soussous se répartissent de part et d’autre de la frontière, qui symboliserait les résistances face à la crise sanitaire.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

FREETOWN, Sierra Leone – Le président de la Sierra Leone a imposé vendredi de nouvelles restrictions pour empêcher les gens d’entrer et de sortir de deux régions du nord du pays où on constate une augmentation du nombre d’infections au virus Ebola.

Le virus Ebola a fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest depuis décembre 2013, dont 3900 en Sierra Leone.

Le président Ernest Bai Koroma a annoncé vendredi que la population ne pourra dorénavant plus entrer et sortir des zones touchées dans les districts de Kambia et de Port Loko, dans le nord du pays.

Lire la suite sur journalmetro.com…

Contrairement au Liberia voisin, déclaré exempt de la maladie le 9 mai dernier, la Sierra Leone et la Guinée sont encore confrontés à  l’épidémie.  « C’est comme si nous étions revenus à  la case départ », déplore un porte-parole de l’organisme, interrogé par The Guardian. « Le monde est passé à  autre chose, mais ici, le problème reste très réel », poursuit-il.

Dans son dernier compte-rendu, l’organisme a déclaré avoir recensé 31 nouveaux cas pour la première semaine de juin en Guinée et au Sierra Leone, donnant un net coup d’arrêt aux dernières baisses constatées.

Depuis la mi-mai, le nombre de personnes contaminées par le virus repart à  la hausse au Sierra Leone et en Guinée. L’OMS s’en inquiète.

Lire la suite sur www.sen360.com…

Pour Jean-François Delfraissy, la question de l’émergence du virus dans une zone urbaine est importante, notamment en comparaison du cas guinéen. « Et pour la Guinée, n’oublions pas que ça a touché d’abord la Guinée forestière, et la Guinée forestière par rapport à la Guinée Conakry, c’est un autre monde.

Seize nouveaux cas d’Ebola en Guinée cette semaine, quinze en Sierra Leone : pour la deuxième semaine consécutive, le nombre de malades dans les deux pays a augmenté, annonce l’Organisation mondiale de la santé (OMS), preuve que le virus n’a pas encore disparu.

Selon Sinan Khaddaj, secrétaire général de l’association française WAHA International, qui travaille à renforcer le système de santé guinéen, la situation est toujours dangereuse. « Pour nous aujourd’hui, il faut plus d’efforts, mobiliser plus de ressources en renforçant les structures du système de santé.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Le nombre de nouveaux cas de virus Ebola a progressé en Guinée et en Sierra Leone pour la deuxième semaine consécutive, a annoncé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Durant la première semaine de juin, il y a eu 16 nouveaux cas en Guinée alors qu’en Sierra Leone il y a eu 15 nouveaux cas, a indiqué l’OMS dans son point de situation hebdomadaire.

En Sierra Leone il y a eu 12 nouveaux cas, contre 3 la semaine précédente. © Rossel & Cie. S. A. – lesoir.

Lire la suite sur www.lesoir.be…