Sa gestion de la crise, les violences, son éventuelle démission… Ce qu’il faut retenir des déclarations d’Édouard Philippe sur TF1

Après s’être exprimé devant l’Assemblée nationale mercredi, puis le Sénat ce jeudi après-midi, c’est un Édouard Philippe au discours parfaitement rodé et assuré qui est venu répondre aux questions de Gilles Bouleau sur le plateau du 20H de TF1.

Bien sûr, il n’a été question que du mouvement des Gilets jaunes, qui agite tout le territoire français depuis bientôt un mois, et fait craindre de nouvelles violences ce samedi, le quatrième de suite dédié aux manifestations.

Retour sur les déclarations les plus fortes du chef du gouvernement.

Lire la suite sur www.lci.fr…

Et pour cause, moins de 24 heures après l’annonce par le premier ministre d’une pause fiscale de six mois sur les carburants, l’Élysée a annoncé mercredi soir l’abandon pur et simple de l’augmentation initialement prévue.

Il fallait aller un cran plus loin», expliquait dans la soirée l’un des plus proches conseillers du chef de l’État.

»

LIRE AUSSI – EN DIRECT: La hausse des taxes sur les carburants annulée pour l’année 2019

Au même moment, l’Assemblée nationale achevait pourtant sa cinquième heure de séance et s’apprêtait à voter largement la déclaration d’Édouard Philippe, qui s’en remettait encore à une «solution (…) issue du débat».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

A la veille de la nouvelle journée de manifestation des « gilets jaunes », samedi 8 décembre, Emmanuel Macron a demandé mercredi « aux forces politiques et syndicales, au patronat de lancer un appel clair et explicite au calme », selon le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, à la sortie du conseil des ministres.

Un peu plus tard à l’Assemblée nationale, Edouard Philippe a lancé à son tour « un appel à la responsabilité de tous les acteurs du débat public, responsables politiques, responsables syndicaux, éditorialistes, citoyens ».

Le gouvernement ne s’en cache pas, il redoute une nouvelle poussée de violences samedi, comme celles qui ont déferlé à Paris et ailleurs en France le 1er décembre.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Edouard Philippe a-t-il été contredit publiquement par Emmanuel Macron et son propre ministre de la Transition écologique, François de Rugy, quelques heures seulement après sa déclaration solennelle devant les députés?

Lire aussi – Gilets jaunes : les relations se tendent entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe

Comme souvent en politique, le nouveau couac gouvernemental intervenu mercredi est d’abord une affaire de terminologie… Résumons par étape :

Jusqu’à cette semaine, le gouvernement le répétait encore et encore : pas question de revenir sur les prochaines hausses des taxes sur les carburants, au nom de la transition écologique.

Lors de son allocution télévisée, mardi, Edouard Philippe ne prononce pas le mot de « moratoire » mais formule cette annonce ainsi :

Le Premier ministre ouvre donc directement la porte d’une suppression de cette hausse, sans le dire explicitement.

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

Edouard Philippe a sûrement connu meilleur fête d’anniversaire.

« Cette soirée était prévue de longue date et tout était organisé non pas à Matignon mais chez lui, par son épouse », rapporte un convive à Marianne.Parmi les invités présents, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Marc Guillaume, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Alexandre Bompard, le PDG du groupe Carrefour, et le député Thierry Solère, rapporte le Canard enchaîné.

« Il n’a même pas eu droit à son petit cadeau »Une apparition éclaire, si bien que le premier ministre « n’a même pas eu droit à son petit cadeau », rapporte le Canard enchaîné.

Lire la suite sur www.closermag.fr…