Réunion des Destiny’s Child : voilà ce qu’en pense LaTavia, virée du groupe en 2000

Pour­tant, en 1991, LaTa­via Rober­son lançait le groupe Girl’s Tyme, version initiale du girls band le plus Booty­li­cious de la planète pop, avec Beyoncé, Kelly Rowland et Ashley Tamar Davis puis LeToya Luckett.

Etrange, donc, que Mme Carter n’ait pas pris la peine de lui passer un petit coup de bigo­phone alors qu’elle prévoyait la réuni­fi­ca­tion tant commen­tée dimanche soir lors du festi­val Coachella.

>>> Beyoncé mordue au visage par une actrice lors d’une soirée à L.A., un témoin raconte

Il faut dire que les choses ne se sont pas forcé­ment très bien termi­nées pour LaTa­via.

Lire la suite sur www.voici.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Aux Etats-Unis, au prin­temps, Coachella est l’événe­ment à ne pas manquer.

Mais à travers le monde entier, celui à ne pas louper est incon­tes­ta­ble­ment Coachella.

Chan­ter à Coachella, c’est s’as­su­rer de faire parler de soi une bonne partie de l’an­née, et de parta­ger l’af­fiche avec les plus grandes stars du moment.

Lire la suite sur www.gala.fr…

Beyoncé, Michelle Williams, Kelly Rowland, qui formait il y a une dizaine d’années le légendaire groupe Destiny’s Child, se sont retrouvées sur scène samedi à Coachella, gigantesque festival de musique organisé jusqu’au 22 avril en Californie aux États-Unis.

Une surprise pour tous les festivaliers qui n’ont pas manqué de saluer sur les réseaux sociaux la performance.

Le groupe, séparé depuis 2005, n’avait pas chanté ensemble depuis le show à la mi-temps du Superbowl en 2013 à La Nouvelle-Orléans.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Première femme noire à être l’une des têtes d’affiche du festival californien, Queen B a livré ce weekend une performance royale : mises en scène puissantes, discours engagés, osmose parfaite avec Jay-Z, son mari, puis avec Solange, sa sœur, et réunification des mythiques Destiny’s Child.

Son show minutieux, majestueux mêle symboles, prouesses, frissons et invités de renom, le tout mené d’une main de maître par Bey qui débute avec l’emblématique Crazy In Love.

Au sommet de son art

D’une grâce toujours aussi impressionnante et habitée par un activisme toujours plus prégnant, Beyoncé chante, danse, assure, rassure et change de tenues, de poses, de rythmes, de tons sans faillir ni faiblir.

Lire la suite sur www.lesinrocks.com…