Réductions d’effectifs: les cabinets ministériels frisent le burn-out

Ce qui fait dire à Roselyne Bachelot, qui l’a précédée avenue Duquesne:

Le premier remaniement du gouvernement Philippe, survenu moins d’un mois après la nomination initiale, répondait d’ailleurs à une urgence: « boucher les trous de la raquette ».

Sept nouveaux membres sont ainsi arrivés en renfort du gouvernement, dont plusieurs – Jacqueline Gourault auprès de Gérard Collomb place Beauvau, Jean-Baptiste Lemoyne, au Quai d’Orsay, ou encore Benjamin Griveaux à Bercy – pour éviter que leurs collègues ne ploient sous la charge.

Le travail en petits groupes n’est pas du goût de tous, et certains, comme au ministère de l’Économie, doutent ainsi de son efficacité:

Pour autant, le duo exécutif ne démord pas de cette réduction d’effectifs.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Des congés dont ils avaient rudement besoin, si on en croit un article du Monde.

Désormais, un ministre ne peut plus disposer d’une équipe de plus de dix personnes dans son cabinet, cinq pour les secrétaires d’Etat.

Un engagement qu’Emmanuel Macron a respecté, mais qui s’avère difficile à tenir.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

« Débordés », « à bout de souffle », les cabinets ministériels et les équipes administratives vivent un « enfer » un peu plus de trois mois après l’arrivée d’Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Une conseillère de Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a même fait un burn-out trois semaines seulement après sa prise de fonction.

Il va falloir changer de logiciel, sinon tout le monde va mourir

Le directeur de cabinet d’un grand ministère assure au quotidien du soir travailler 18 à 20 heures par jour en semaine, avec un rab de cinq heures par jour le samedi et le dimanche.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Cent jours après l’arrivée à l’Elysée d’Emmanuel Macron, qui a décidé de réduire drastiquement les effectifs des cabinets ministériels, ministres et conseillers sont déjà à bout de souffle.

A peine trois semaines après l’installation du nouveau gouvernement, une conseillère du ministre de l’économie Bruno Le Maire a fait un burn-out et quitté le ministère.

Mais cet incident en dit long sur l’ambiance tendue qui règne au sein de la machine gouvernementale depuis l’arrivée à l’Elysée d’Emmanuel Macron, il y a tout juste cent jours.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La phrase est prononcée par un ministre, cité anonymement dans Le Monde, lundi, qui publie une enquête sur la machine gouvernementale « au bord du burn-out ».

La raison principale tient au fait que le nombre maximal de conseillers a été réduit à la demande d’Emmanuel Macron : désormais, un ministre ne peut plus disposer d’une équipe de plus de dix personnes dans son cabinet, cinq pour les secrétaires d’Etat.

Il en est ainsi du cabinet de Bruno Le Maire, qui a décidé, selon Le Canard enchaîné de mercredi, de s’adjoindre les services de deux hauts fonctionnaires « hébergés » par la direction générale du Trésor, mais chargés d’un travail de véritables conseillers ministériels.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

L’ambiance semble quelque peu délétère actuellement au sein du gouvernement.

Le quotidien du soir raconte qu’une collaboratrice de Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie aurait remis sa démission seulement trois semaines après sa prise de fonction.

Pour expliquer un tel état de fatigue au sein des cabinets ministériels, Le Monde évoque notamment la réduction des effectifs voulues par Emmanuel Macron.

Lire la suite sur www.planet.fr…

Or, une fois les traditionnels postes de chef de cabinet, conseiller en communication, etc, nommés, l’équipe du nouveau ministre s’est retrouvée, comme les autres, en manque d’individus suffisants pour traiter tous les dossiers.Portefeuilles élargis.

« En plus des difficultés à travailler sous tension, [le secrétaire] passe son temps à nous contrôler, on est super fliqués », déplore un conseiller dans les colonnes du quotidien.

Et il est vrai que, du fait d’une grande pression et d’une charge de travail énorme, de nombreux ministères sollicitent davantage les administrations centrales, même dans l’urgence.

Lire la suite sur www.lopinion.fr…

Trois mois après l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, les ministres et leurs conseillers seraient déjà à bout de souffle, selon Le Monde daté du 21 août 2017.

D’après le quotidien du soir, une conseillère du ministre de l’économie Bruno Le Maire aurait même jeté l’éponge en raison de la charge de travail, un incident.

En cause : un décret, celui du 18 mai 2017, publié au Journal officiel le lendemain, qui limite à 10 les membres du cabinet pour un ministre.

Lire la suite sur francais.rt.com…