RD Congo : Félix Tshisekedi, l’héritier de l’opposition propulsé à la présidence

Né en 1963, Félix Tshisekedi a débuté sa carrière dans l’ombre de son père Étienne Tshisekedi, leader historique de l’opposition.

Mais il refuse de siéger à l’Assemblée nationale pour respecter le mot d’ordre de son père contre la réélection contestée de Joseph Kabila au pouvoir.

Il reprend la tête du parti à la mort de son père, en 2017, et devient candidat à l’élection présidentielle en mars 2018.

Lire la suite sur www.france24.com…

La commission électorale (CENI) de la République démocratique du Congo (RDC) a fait durer le suspense avant de proclamer le nom du successeur du président Joseph Kabila, dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 janvier.

« Ayant obtenu 7 051 013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57 %, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo M. Tshisekedi Tshilombo Félix », a déclaré le président de la CENI, Corneille Nangaa.

Des sympathisants de l’UDPS de M. Tshisekedi étaient réunis au siège du parti pour suivre cette soirée électorale.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Selon les résultats provisoires annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) dans la nuit de mercredi à jeudi, l’opposant Félix Tshisekedi est arrivé en tête de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo.

« Ayant obtenu 7 051 013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57%, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo M. Tshisekedi Tshilombo Félix », a déclaré Corneille Nangaa.

L’opposant Félix Tshisekedi arrive donc en tête de la présidentielle du 30 décembre devant Martin Fayulu (34,8%), candidat de la coalition d’opposition Lamuka et le candidat de la coalition au pouvoir FCC Emmanuel Ramazani Shadary (23,8%).

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Dans quelque 48 heures, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui procède depuis mardi aux délibérations, devrait publier les résultats des élections du 30 décembre dernier.

Conclu le 31 décembre 2016 par la classe politique congolaise et la société civile sous l‘égide de l’église catholique, cet accord avait mis fin à la crise politique née du report des élections de 2016.

À la fin de l’opération, la machine imprime les trois noms choisis au dos du bulletin de vote que l’électeur va plier et glisser dans l’urne.

Lire la suite sur www.mediacongo.net…

Lire la suite sur www.voaafrique.com…