Primaire : entre Juppé et Sarkozy, le jeu reste ouvert

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Juppé y engrangerait 37 % des intentions de vote au 1er tour contre 30 % pour Sarkozy.

En mai, un précédent sondage, réalisé par OpinionWay pour Marianne, donnait 12 points d’avance à Juppé (39 % contre 27 %) et un second, réalisé par l’Ifop pour i-Télé et Paris Match, lui accordait 8 points (35 contre 27).

Chez les centristes du MoDem et de l’UDI, le rapport est tout autre avec 59 % pour Juppé contre 10 % seulement à Sarkozy.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

C’est un « non-candidat » remonté à bloc qui se prépare au rassemblement de la Mutualité, là même où il avait annoncé le soir de sa défaite face à François Hollande, le 6 mai 2012, son retrait – en pointillés – de la vie politique.

Le Brexit a redonné du tonus à Nicolas Sarkozy, témoignent des proches, même si ses prises de position sur la refondation du projet européen – avec un ralliement tardif à l’hypothèse d’un référendum sur un nouveau traité qu’il rejetait il y a peu encore – l’ont exposé à un tir de barrage de son camp.

L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, qui avait déjà boycotté le discours de clôture de Nicolas Sarkozy lors du précédent conseil national de février, sera présent samedi matin puis au déjeuner, a précisé son entourage.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Il l’emporterait avec 61% des intentions de vote devant Nicolas Sarkozy (39%).

L’édile est annoncé en tête dès le 1er tour avec 37% des voix, devant Nicolas Sarkozy (30%), Bruno Le Maire (15%) et François Fillon (8%).

C’est sur cette base des 6% de personnes sûres de participer au scrutin qu’ont été calculées les intentions de vote du 1er tour de la primaire.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Pas encore – officiellement – candidats, François Hollande et Nicolas Sarkozy, les deux finalistes de 2012, affûtent déjà leurs armes en vue d’un possible match retour en 2017.

Mais « le regard va changer » sur François Hollande une fois « les compteurs (remis) à zéro », veut croire le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

– « Un pays normal » –
Mis en échec en 2012 par François Hollande, et pas encore officiellement aligné pour la primaire à droite de novembre, Nicolas Sarkozy occupe lui aussi le terrain, multipliant les coups de griffes contre son successeur.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Dans l’enquête TNS Sofres-One point, le maire de Bordeaux, favori des sondages pour la primaire de la droite en novembre, reste toutefois en tête du classement des personnalités politiques vouées à « un rôle important au cours des mois et des années à venir » avec 36% (+1).

Le capital de confiance d’Alain Juppé auprès des sympathisants de LR reste important (52%) mais il s’érode de 14 points en juin alors que Nicolas Sarkozy, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature à l’investiture présidentielle, intensifie sa campagne au titre de président des Républicains.

Dans le sondage Elabe pour l’Opinion, Nicolas Sarkozy est crédité de 29% des intentions de vote exprimées pour la primaire des 20 et 27 novembre, gagnant six points par rapport à février-mars, mais reste devancé par le maire de Bordeaux (39%, -2).

Lire la suite sur www.challenges.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Devant ses partisans, il a expliqué vouloir organiser un référendum le jour du second tour des élections législatives, en juin 2017, pour dans le même temps faire approuver la suppression de la loi sur le non-cumul des mandats et faire valider la baisse de 30 % du nombre de parlementaires à l’horizon 2022, qui consisterait à passer de 577 députés et 348 sénateurs aujourd’hui à 400 députés et 202 sénateurs.

Sachant que la suppression de la loi sur le non-cumul des mandats est une mesure impopulaire, l’ancien chef de l’Etat propose de la coupler à une mesure davantage plébiscitée dans l’opinion – la baisse du nombre d’élus – pour la faire adopter.

Organiser un référendum le jour du second tour des élections législatives, alors que le Parlement ne siégera pas, est contraire à l’esprit et à la lettre de la Constitution.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

À CHAQUE FOIS, Alain Juppé ne peut qu’y glisser une tête mais doit repartir rapidement.

C’est qu’il y a des événements sportifs que le maire de Bordeaux ne raterait pour rien au monde, même pas pour un discours de Nicolas Sarkozy.

Rebelote en ce début juillet 2016 : selon nos informations, confirmant celles d’un journaliste de RTL, Alain Juppé ne pourra assister que partiellement au Conseil national prévu samedi 2 juillet porte de Versailles, à Paris.

Lire la suite sur lelab.europe1.fr…

La presse quotidienne revient de nouveau ce jeudi sur les campagnes de François Hollande et Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2017.

L’Opinion : Sarkozy : et si c …

Lire la suite sur news.google.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn