Pour l’Italie, ça ira mieux demain ?

5

De voir un géant comme Gianluigi Buffon tirer sa révérence quelques minutes après l’élimination de son équipe d’une phase finale de Coupe du monde que l’Italie ne manquait plus depuis 1958 et qu’elle n’avait déserté auparavant qu’une seule autre fois, lors de la première édition de 1930, déclinant alors l’invitation des organisateurs uruguayens.

Et un véritable crève-cœur de l’entendre déclarer qu’il tirait sa révérence au terme de ce match de barrage, vingt ans presque jour pour jour (29 octobre 1997) après l’avoir vu débuter au pied levé, dans le froid moscovite d’un autre barrage de Coupe du monde, remplaçant à la demi-heure de jeu Gianluca Pagliuca, blessé, sur le terrain gelé du stade du Dynamo.

Mais, contrairement aux Azzurri d’il y a soixante ans, mélange d’honnêtes joueurs de Serie A et «d’oriundi» sur le déclin (notamment Ghiggia et Schiffino, champions du monde avec l’Uruguay en 1950), les joueurs alignés ce lundi par Giampiero Ventura n’ont pas pris les barrages contre la Suède par-dessus la jambe et ont bénéficié d’un soutien populaire extraordinaire dans le cratère de San Siro (il y a bien longtemps que la Nazionale ne jouait à guichets fermés !)

Lire la suite sur www.francefootball.fr…

Il a dit adieu, en larmes, à son rêve de disputer sa sixième Coupe du Monde consécutive.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Si les tifosi se mettent à rêver d’un Carlo Ancelotti sans club depuis son départ précipité du Bayern fin septembre, il est peu evident qu’il vienne mettre les mains dans le cambouis dans ce contexte.

Goal 50 – Le classement complet des 50 meilleurs joueurs du monde en 2017 Coupe du monde – L’économie italienne sera aussi impactée La revue de presse italienne : Ventura fracassé et appel à la révolution footballistique

D’ici-là, le visage de la Nazionale aura forcément changé, des dinosaures s’en vont et des jeunes pousses vont devoir saisir leur chance dans un tout autre environnement.

Lire la suite sur www.goal.com…

L’Italie vit un scénario qui ne s’était pas reproduit depuis 1958, soit il y a 60 ans !

La rencontre était décisive pour la qualification pour la Coupe du monde de football qui devait se tenir en 1958, en Suède. « 

À la veille du match qui opposera en un duel décisif l’Irlande du Nord à l’Italie, il est un exploit impossible à réaliser.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Par le passé, d’autres grandes nations comme les Pays-Bas, l’Argentine ou encore la France ont échoué aux portes de la plus grande des DELAMOTTELundi 13 novembre 2017, le football a vécu un moment historique, voyant l’Italie, immense nation du ballon rond, échouer pour se qualifier à la prochaine Coupe du monde en Russie.

Les coéquipiers de Alessandro Florenzi, Leonardo Bonucci ou encore Ciro Immobile n’ont pas trouvé la faille face à de valeureux Suédois (0-0), qui s’étaient imposés au match aller à Stockholm (1-0) lors des barrages pour la Coupe du monde.

Dans un groupe composée du Pérou, de la Bolivie et donc, de l’Argentine, la sélection albiceleste n’empoche les trois points qu’à une seule reprise, à domicile face à la Bolivie (1-0), grâce à une réalisation du défenseur Rafael Albrecht.

Lire la suite sur www.lci.fr…