Philippe Verdier, l'ex-monsieur météo de France 2 perd son..

Philippe Verdier a été licencié de son poste de chef de service météo de France Télévisions en octobre 2015.

Selon L’Express , il vient d’être débouté par la quatrième chambre de la section d’encadrement du conseil des prud’hommes de Paris.

Il réclamait sa réintégration au sein de France 2 et le paiement de ses salaires allant de la date de rupture de son contrat et de son potentiel retour.

Lire la suite sur tvmag.lefigaro.fr…

Philippe Verdier, responsable du service météo de France Télévisions jusqu’à son licenciement en 2015, ne retrouvera pas l’antenne.

La quatrième chambre de la section encadrement du conseil des prud’hommes de Paris a donné raison à France Télévisions ce jeudi dans le conflit qui opposait le groupe à son ancien chef du service météo, Philippe Verdier.

Ecrit par le journaliste, l’ouvrage défendait en effet des thèses climato-sceptiques, que l’auteur avait également développées dans une lettre ouverte adressée au président de la République.Le journaliste peut faire appelPour l’intéressé, c’est d’ailleurs suite à l’intervention de François Hollande lui-même qu’il avait été écarté de l’antenne alors que le gouvernement était en pleine préparation de la Cop 21 à Paris.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Avis de tempête pour Philippe Verdier, ancien chef du service météo de France Télévisions: la quatrième chambre de la section encadrement du conseil des prud’hommes de Paris n’a pas suivi la plaidoirie de son avocate.

LIRE AUSSI >> Philippe Verdier aux prud’hommes: « France Télévisions a cédé à l’Elysée »
Du côté de Philippe Verdier, une demande principale: la nullité du licenciement, intervenu en octobre 21015, et sa réintégration au sein de la chaîne – assortie du paiement de ses salaires pendant environ dix-huit mois, de la date de la rupture à son retour.

Lors de l’audience, l’avocate n’avait pas ménagé ses efforts pour démontrer que c’était « le locataire de l’Elysée » qui avait obtenu la tête du Monsieur Météo de France 2.

Lire la suite sur lentreprise.lexpress.fr…