Paris et Berlin veulent croire en une reprise du processus de paix en Ukraine

« Toutes les parties se sont de nouveau exprimées en faveur d’un cessez-le-feu durable – et celui-ci inclut le retrait des armes lourdes, le désarmement de troupes, le déminage dans la région (du Donbass) – et de l’accès de la mission d’observateurs de l’OSCE », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas après cinq heures de réunion tardive à Berlin avec ses homologues français, russe et ukrainien.

Cette rencontre ne visait pas à réaliser une percée diplomatique mais à renouer le dialogue après seize mois sans réunion et une escalade des tensions dans l’est de l’Ukraine où le cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk de février 2015 est violé une multitude de fois chaque jour.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont eu quant à eux une rare conversation téléphonique samedi pour évoquer notamment un « échange de prisonniers ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La crise ukrainienne revient sur la table au moment où la Russie espère capitaliser sur l’arrivée au pouvoir à Rome de populistes qui lui sont favorables, sans oublier la complaisance de Donald Trump, favorable à un retour de la Russie dans le G8 et circonspect sur les sanctions contre Moscou.

Pour la première fois depuis 16 mois, les ministres des affaires Etrangères de l’Ukraine, de la Russie, de la France et de l’Allemagne (Pavlo Klimkine, Sergueï Lavrov, Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas) se sont retrouvés lundi soir dans le format dit de Normandie pour discuter de ce dossier qui empoisonne les relations entre Moscou et les Européens.

Il faut tout faire pour sortir d’une situation marquée par des centaines de violations du cessez-le-feu chaque jour, des dizaines de morts chaque mois », a relevé Jean-Yves Le Drian.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Les ministres des Affaires étrangères des quatre pays –Sergueï Lavrov, Heiko Maas, Jean-Yves Le Drian et Pavlo Klimkine– vont se retrouver jusque tard dans la soirée pour discuter de l’insaisissable cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk de février 2015, parrainés par Paris et Berlin.

Il faut tout faire pour sortir d’une situation marquée par des centaines de violations du cessez-le-feu chaque jour, des dizaines de morts chaque mois », a relevé Jean-Yves Le Drian au sujet du conflit qui a tué quelques 10.000 personnes en quatre ans.

Car la méfiance reste de mise, comme l’a illustré encore fin mai l’étrange faux assassinat du journaliste russe Arkadi Babtchenko en Ukraine, les Renseignements ukrainiens justifiant leur mise en scène par la nécessité d’enrayer un vrai complot meurtrier ourdi par Moscou.

Lire la suite sur www.corsematin.com…