Oxfam: le scandale s’étend au Soudan du Sud et au Liberia

Après Haïti et le Tchad, le scandale entourant l’ONG Oxfam s’est étendu avec de nouvelles accusations, de viol contre certains de ses employés au Soudan du Sud ou d’abus sexuels au Liberia.

Un ancien militaire converti dans l’humanitaire, le Belge Roland van Hauwermeiren est au cœur du scandale au Tchad et en Haïti.

Elle a dénoncé sur Channel 4 l’existence d’une « culture d’abus sexuels au sein de certains bureaux », faisant état de viols ou de tentatives de viols au Soudan du Sud ou d’agressions sur des mineurs bénévoles dans des magasins de l’organisation caritative au Royaume-Uni.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Helen Evans, directrice de la prévention interne à Oxfam entre 2012 et 2015, a dénoncé sur Channel 4 l’existence d’une « culture d’abus sexuels au sein de certains bureaux », faisant état de viols ou tentatives de viols au Soudan du Sud ou d’agressions sur des mineurs bénévoles dans des magasins de l’ONG au Royaume-Uni.

>> A lire aussi : Retour sur le scandale sexuel touchant l’ONG en Haïti

Selon une enquête interne de l’organisation menée auprès de 120 personnes dans trois pays entre 2013 et 2014, entre 11 et 14 % des personnels déployés avaient été victimes ou témoins d’agressions sexuelles.

Au Soudan du Sud, quatre personnes avaient été victimes de viols ou tentatives de viols.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Dans une interview à la chaîne britannique Channel 4, Helen Evans, directrice de la prévention interne au sein de l’ONG entre 2012 et 2015, a dénoncé l’existence d’une « culture d’abus sexuels dans certains bureaux » d’Oxfam, mentionnant, entre autres, quatre viols ou tentatives de viols au Soudan du Sud.

Le directeur général de l’ONG, Mark Goldring, avait alors estimé qu’il n’y avait « rien à ajouter » au rapport établi par Helen Evans.

D’après le journal, les parties fines avaient lieu dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam, notamment au sein de la villa du responsable de la mission, l’ancien militaire belge Roland van Hauwermeiren.

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…

Elle explique que les comportements inappropriés « du directeur pays officiant au Tchad et de son équipe » avaient été « signalés avant qu’il ne se rende en Haïti ».

Le Times est revenu sur l’affaire ce lundi, estimant que l’ONG avait « ignoré les mises en garde », et nommé son directeur pays en Haïti, le Belge Roland van Hauwermeiren, « malgré des inquiétudes sur son comportement envers les femmes » pendant qu’il travaillait au Tchad.

Oxfam n’avait pas non plus fait part de ses craintes quand ces employés avaient été embauchés par d’autres ONG pour travailler auprès de personnes vulnérables, comme ce fut le cas pour M. Van Hauwermeiren, devenu chef de mission pour Action contre la faim (ACF) au Bangladesh de 2012 à 2014.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Après Haïti et le Tchad, le scandale entourant l’ONG Oxfam s’est étendu avec de nouvelles accusations, de viol contre certains de ses employés au Soudan du Sud ou d’abus sexuels au Liberia, mettant en cause le fonctionnement de ce type d’organisation.

Ces nouvelles accusations ont surgi après des révélations sur le recours à des prostituées et de potentiels abus sexuels par certains agents d’Oxfam au Tchad et en Haïti, où le président Jovenel Moïse a dénoncé mardi une « violation extrêmement grave de la dignité humaine ».

Dans un autre cas, une agression d’un mineur par un adulte commise dans un magasin a donné lieu à des poursuites, a-t-elle révélé.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…