Okja : "Des milliers de films projetés à Cannes ne sortent jamais sur grand écran" selon Tilda Swinton et Bong Joon Ho

12

Pour son casting (Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal, Lily Collins, Steven Yeun de The Walking Dead…) réuni autour du Coréen Bong Joon Ho qui fait ses grands débuts en Compétition, mais aussi parce que le film est au coeur d’un conflit entre la Fédération Nationale des Cinémas Français et Netflix, son diffuseur.

Nous avons une belle opportunité de voir nos films sur ce grand écran à Cannes, ça fait partie du frisson du festival.

Même son de cloche du côté du cinéaste, qui prend cette « affaire » avec humour, en soulignant à quel point il est content que le président du jury voit son nouveau bébé : « Je suis un grand fan de Pedro Almodovar donc quoiqu’il arrive, je suis content qu’il parle de mon film, en bien comme en mal. »

Lire la suite sur www.allocine.fr…

Des sifflets, une interruption de plusieurs minutes et finalement des applaudissements : « Okja » du Sud-Coréen Bong Joon-ho, premier film Netflix en lice pour la Palme d’or, a connu un début de projection haut en couleurs vendredi au festival de Cannes.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Deux heures plus tôt, la projection avait très mal débuté au Grand Théâtre Lumière du Palais : le rideau n’était pas complètement levé sur l’écran pendant les premières minutes du film et en masquait les 3/5e, comme par exemple la tête de l’actrice principale, la Britannique Tilda Swinton.

Sous la pression, les organisateurs du festival ont modifié leur règlement, imposant à partir de 2018 que tout film en compétition s’engage à sortir en salles.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

En lice pour la Palme d’or, le film de Bong Joon-ho distribué par Netflix et qui ne sortira pas en salles en France, était projeté ce vendredi 19 mai.

La sélection d’Okja, le nouveau film de Bong Joon-ho (tout comme celle de The Meyerowitz Stories, de Noah Baumbach), suscite la polémique depuis quelques semaines : distribué par Netflix, le film ne sortira pas dans les salles françaises mais seulement sur la plate-forme de vidéo à la demande.

Alors ce matin, quand les lumières s’éteignent et que le logo Netflix apparaît à l’écran, dans la salle cannoise du Grand Théâtre Lumière, une atmosphère particulièrement confuse s’installe : la salle gronde de sifflets et d’applaudissements mêlés, comme le rapporte un journaliste de Première.

Lire la suite sur www.telerama.fr…

Pour ce troisième jour sur la croisette, nos journalistes reviennent sur l’ouverture de la compétition Un Certain regard avec le biopic Barbara de Mathieu Amalric mais aussi les deux films présentés en compétiton, à savoir La Lune de Jupiter de Kornel Mundruczo et Okja de Bong Joon Ho, qui a souffert en projection d’être produit par Netflix.

Ce jeudi 18 mai au soir, La Lune de Jupiter du réalisateur hongrois Kornel Mundruczo entrait en compétition.

Le discours sera jugé «un peu facile» par les critiques du Figaro.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Ce matin, la projection de presse d’Okja, film très attendu de Bong Joon-ho a commencé sous les sifflets non parce qu’il s’agissait d’un film produit par et pour la chaîne de télévision Netflix mais pour alerter le projectionniste que le haut de l’image était coupé en raison d’un problème technique.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: C’est quoi le bordel avec les films Netflix?

Il a fallu une vingtaine de minutes pour que le souci soit détecté et corrigé par l’équipe du festival et pour que la projection reprenne du début sans la moindre réaction hostile.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

L’événement du jour au 70e festival de Cannes, c’est notamment Okja, un film de Bong Joon Ho.

On le sait, la plateforme de vidéo en ligne produit deux films présentés dans la sélection officielle et le fait que ces deux longs-métrages ne devraient pas sortir en salle fait débat.Le premier de ces deux films est Okja, un film du Sud-Coréen de Bong Joon Ho.

Cette fois, ce sera la bonne, avec une excellente écoute.Comédie sensible, enlevée, pleine d’action et d’humourUne attention d’autant plus forte que ce film est très intéressant.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

La première projection d' »Okja » à la presse ce vendredi 19 mai au matin a été mouvementée… »Okja », du Sud-coréen Bong Joon-ho, c’est le premier film coproduit par Netflix en compétition pour la Palme d’or.

Il a été applaudi par les spectateurs au moment où les lumières se sont rallumées, mais la projection avait mal commencé : le logo Netflix a été copieusement sifflé, et un incident technique a conduit à une interruption de 7 à 8 minutes.

Le réalisateur Bong Joon-ho a dédramatisé :
Depuis l’annonce de la sélection d' »Okja » et d’un autre film distribué par Netflix, « The Meyerowitz Stories » de Noah Baumbach (en compétition dimanche), la polémique ne fait que se durcir entre la plate-forme américaine et les défenseurs des salles de cinéma.

Lire la suite sur france3-regions.francetvinfo.fr…

Puis, à une semaine de l’événement, dans un communiqué, le Festival a simplement « déploré » le fait que les films ne sortiront pas en salles.

Le Festival de Cannes « a demandé à Netflix d’accepter » que les deux films puissent sortir en salles et ne soient « pas uniquement » disponibles pour ses abonnés.

Sous la pression, les organisateurs du festival imposent que tout film en compétition s’engage à sortir en salles.

Lire la suite sur www.varmatin.com…