Obama au Kenya : plus que familial, un voyage essentiellement politique

Politique – Hier à 20h30Promulguer trop de lois est-il contre-productif ? High-Tech – le 22 juil. à 16h05Apple Watch : 97% des utilisateurs satisfaits, selon Apple High-Tech – le 22 juil. [email protected]tml’) » href= »# » rel= »nofollow »>Obama ne veut pas que Jon Stewart quitte le « Daily Show »barack obama , etats-unis , terrorisme , kenya , cpi Amériques Le président américain entame ce vendredi une visite de trois jours au Kenya.

Neuf ans après, c’est avec un tout autre costume que Barack Obama revient ce vendredi au Kenya : celui de président des Etats-Unis d’Amérique.

Ce « retour au pays » de Barack Obama a en fait longtemps été empêché par l’inculpation de son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta, par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité, en raison de son rôle présumé dans les violences post-électorales fin 2007-début 2008.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Barack Obama a décollé vers 00h28 GMT et doit arriver vendredi au Kenya pour sa première visite en tant que président dans ce pays, patrie de son père, avant de se rendre en Éthiopie, où il sera le premier président américain de l’Histoire à se rendre.

« C’est pourquoi, en tant que président, je travaille si durement pour que nos relations avec l’Afrique atteignent une nouvelle dimension », a-t-il ajouté, citant la hausse des exportations américaines vers le continent, le lancement d’initiatives pour développer le commerce, la santé, ou encore la sécurité alimentaire.

Le président américain Barack Obama a quitté les États-Unis jeudi à bord de l’avion Air Force One pour une tournée africaine qui doit débuter par une visite au Kenya.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Le président américain a prévu de s’exprimer sur le droit des homosexuels durant sa visite, mettant en rage les évangélistes du pays. «En tant que chrétienne, je considère l’homosexualité comme une abomination», affirme Rebecca Etuku, évangéliste travaillant dans le conseil financier à Nairobi. «Si Obama prévoit de s’exprimer sur le sujet, je serai très en colère, et tous les Kényans aussi.

Et tant pis si le président des Etats-Unis n’est venu que trois fois dans sa vie au Kenya, et qu’il n’ira finalement pas au village familial, pour des raisons de logistique. «Je suis fier que le premier président noir américain soit un Luo, explique Andrew Awili, photographe de 26? ans. Il est éloquent.

L’«obamamania» s’est emparée du Kenya AfriqueLe président des Etats-Unis se rend vendredi dans le pays d’origine de son père.

Lire la suite sur www.tdg.ch…

Le président américain n’a par ailleurs pas eu besoin de changer le programme de son déplacement en Afrique, avait assuré mercredi la Maison Blanche, malgré la publication de détails de sa visite au Kenya. Lavenir. net en page d’accueil de votre navigateur  Comment faire ?

Barack Obama a décollé vers 00H28 GMT afin de rallier le Kenya pour sa première visite en tant que président dans ce pays, patrie de son père, et avant de se rendre en Ethiopie, où il sera le premier président américain de l’Histoire à se rendre.

« C’est pourquoi, en tant que président, je travaille si durement pour que nos relations avec l’Afrique atteignent une nouvelle dimension », a-t-il ajouté, citant la hausse des exportations américaines vers le continent, le lancement d’initiatives pour développer le commerce, la santé, ou encore la sécurité alimentaire.

Lire la suite sur www.lavenir.net…

Le Congo, la Côte d’Ivoire et le Mozambique figurent, eux aussi, parmi les dix premiers. « Le président Obama n’a pas accordé beaucoup d’attention à l’Afrique jusqu’alors », juge Witney Schneidman, expert du sujet à la Brookings Institution – un centre de réflexion basé à Washington. «  Certains lui reprochent même d’en avoir moins fait que ses prédécesseurs, George Bush et Bill Clinton.  » Son vice-président, Joe Biden, a beau sillonner le monde entier, il ne s’y est jamais rendu.

Le déplacement de Barack Obama, qui débutera par le Sommet mondial de l’entrepreneuriat à Nairobi, vise surtout à contrer l’influence de la Chine, qui entretient avec l’Afrique des relations commerciales bien plus poussées que les Etats-Unis. « L’Afrique est un lieu de dynamisme incroyable, où se trouvent certains des marchés les plus en croissance au monde », a fait valoir le président en amont de son déplacement.

Ils pèsent ainsi deux fois moins que l’Union européenne aujourd’hui (140 milliards de dollars d’échange), et surtout trois fois moins que la Chine (200 milliards).

Lire la suite sur www.lesechos.fr…