Niger : le FMI satisfait des réformes, et notamment de la loi de finance 2018

Après une visite au Niger, dans le cadre de la revue du programme de soutien économique, le FMI s’est déclaré satisfait des mesures mises en œuvres par le gouvernement, et notamment la loi de finance 2018, qui devraient permettre au pays d’atteindre la barre des 3 % de déficit budgétaire d’ici 2021.

À l’issue d’une visite au Niger, la mission des services du Fonds monétaire international s’est déclarée satisfaite de « la mise en œuvre du programme du gouvernement soutenu par le FMI au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) ».

>>> A LIRE – Niger : affrontements entre forces de l’ordre et manifestants contre la loi de finances

Selon le Fonds, « la performance macroéconomique globale du Niger reste forte et les réformes, ainsi que le soutien des partenaires techniques et financiers, ouvrent une fenêtre d’opportunité pour les années à venir ».

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

À Hong Kong, Christine Lagarde, dirigeante du FMI, a fait part de son inquiétude quant à un retour du protectionnisme alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine se poursuit.

Christine Lagarde a attiré ce mercredi l’attention des gouvernements sur les menaces qui pèsent sur la croissance économique mondiale, dans un discours prononcé à l’Université de Hong Kong, à quelques jours des rencontres de printemps du FMI qui débuteront lundi prochain.

Mais nous pouvons voir des nuages plus sombres pointer à l’horizon», a déclaré la directrice générale du Fonds monétaire internationale.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Brossant le tableau de la croissance, la directrice du Fonds monétaire international se fait paysagiste :

Ces « nuages plus sombres » à l’horizon de la croissance économique mondiale, Lagarde les attribue aux tensions entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux qui menacent le libre-échange.

Christine Lagarde rappelle qu’en janvier, l’institution basée à Washington avait révisé en hausse ses prévisions de croissance économique mondiale à 3,9% pour 2018 et 2019.

Pour autant, la dirigeante du Fonds monétaire international estime que le rythme de « la croissance attendue pour 2018 et 2019 va finir par ralentir » dans la mesure où les politiques pour soutenir l’économie vont s’estomper notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Lire la suite sur www.latribune.fr…