Neuralink : le rêve de symbiose homme-machine d'Elon Musk est en marche

2

L’éventualité de voir Google intégrer un bloqueur de pub dans son navigateur Web n’a pas échappé à Margrethe Vestager.

La commissaire européenne à la concurrence, qui n’avait plus tweeté depuis le 5 avril, a repris du service sur le réseau social, affirmant que Bruxelles « surveillera de près » l’implémentation de cette fonctionnalité et son impact.

L’initiative, annoncée par le Wall Street Journal sans confirmation de la part de Google, retient d’autant plus l’attention qu’au dernier pointage de StatCounter, Chrome dispose d’une part de marché de 53 % dans le monde sur le segment des navigateurs Web.

Lire la suite sur www.itespresso.fr…

Quant à savoir quelle est l’échéance prévisionnelle pour que des dispositifs fabriqués par Neuralink puissent atteindre le grand public, en particulier ceux qui n’ont pas de handicap à compenser, l’entrepreneur américain évoque un calendrier beaucoup plus lointain, de l’ordre de la décennie.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

« Je pense que nous nous trouvons à environ 8 ou 10 ans de l’instant à partir duquel ces appareils pourront être utilisés par des personnes sans handicap… Il est important de noter que cela dépend fortement du calendrier d’approbation réglementaire et de la façon dont nos appareils marchent sur les personnes handicapées », explique-t-il.

Pour l’entrepreneur, comme pour Facebook d’ailleurs, l’intérêt de Neuralink est évident : « il y a un tas de concepts dans votre tête que votre cerveau doit essayer de compresser pour les faire passer dans ce flux de données incroyablement étriqué appelé parole ou écriture […] Si vous avez deux interfaces cérébrales, vous pouvez effectivement faire une communication conceptuelle directe non compressée avec une autre personne ».

Lire la suite sur www.numerama.com…