Murray, rayonnant crépuscule

Parce que c’était peut-être son dernier match au plus haut niveau, ce n’était pas un match comme les autres.

Cerise sur le gâteau, il a reçu un message d’amour comme il n’en a sans doute jamais eu en Grand Chelem en dehors de Wimbledon.

Puis, comme il l’a avoué en conférence de presse après son match, il a vécu un moment si privilégié lundi à Melbourne que, peut-être, s’arrêter là-dessus est la meilleure chose à faire.

Lire la suite sur www.eurosport.fr…