Mobilisation féministe contre la venue de Roman Polanski à la Cinémathèque

À l’appel d’Osez le féminisme, du Collectif féministe contre le viol et de La Barbe, elles sont une petite centaine ce lundi 30 octobre devant la Cinémathèque française à Paris à manifester contre la tenue d’une rétrospective consacrée au réalisateur Roman Polanski, aujourd’hui accusé par cinq femmes – aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, et en Suisse –, d’agressions sexuelles lorsqu’elles étaient mineures dans les années 1970 et 1980.

Ce soir-là, le réalisateur a été invité à présenter en avant-première son nouveau film, D’après une histoire vraie, tiré du roman de Delphine de Vigan.

Nous sommes persuadés que les films de Polanski sont plus que jamais indispensables à notre compréhension du monde et du cinéma.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Une quarantaine de personnes a répondu à l’appel des collectifs de féministes qui entendent protester, lundi soir, contre la programmation d’une rétrospective consacrée à Roman Polanski à la Cinémathèque de Paris.

«Merci ce soir d’être ici», lance-t-il simplement à l’assistance où l’on reconnaît son scénariste Olivier Assayas, le compositeur Alexandre Desplat et la comédienne Emmanuelle Seigner.

LIRE AUSSI – Le souffle du scandale Weinstein sur le cinéma français

Malgré les appels des collectifs, la Cinémathèque avait annoncé la semaine dernière qu’elle maintiendrait la manifestation et notamment sa soirée de lancement à l’occasion de laquelle Roman Polanski était attendu pour présenter son dernier film, D’après une histoire vraie, avec Emmanuelle Seigner et Eva Green.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le réalisateur de 84 ans était présent à la Cinémathèque de Paris pour présenter son dernier film D’après une histoire vraie et lancer cette rétrospective de son oeuvre, prévue jusqu’à début décembre.

LIRE AUSSI >> Rétrospective Polanski à la Cinémathèque: « Un prédateur sexuel va être honoré »

« Apprécier un artiste ne signifie pas taire ses crimes! »

, a souligné Sanaa Beka, venue manifester comme quelques dizaines d’autres personnes à l’appel d’associations féministes dénonçant un timing « indécent » après l’affaire Weinstein et les révélations sur le harcèlement sexuel subi par de nombreuses femmes, dont l’actrice Eva Green, à l’affiche du film de Polanski.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

: lundi soir, c’est au son des slogans et des huées d’une centaine de manifestants rassemblés devant la Cinémathèque française, à Paris, que s’ouvre la rétrospective dédiée à Roman Polanski.

Un choix de programmation qui constitue à ses yeux l’instauration d’un véritable «rapport de force» : «Le directeur [Frédéric Bonnaud] est conscient de ce qu’il fait en maintenant cet hommage à Polanski.

Le second, plus balbutiant, mais pas moins sûr de son fait : «C’est un honneur pour moi [d’accueillir Polanski à la Cinémathèque] (…), sa présence est source de fierté pour le cinéma français tout entier.

Lire la suite sur next.liberation.fr…

PARIS (Reuters) – Des manifestantes féministes ont perturbé le lancement de la rétrospective consacrée lundi soir à Roman Polanski à la Cinémathèque française, à Paris, sur fond de nouvelles allégations d’agressions sexuelles contre le réalisateur franco-polonais.

Près de 80 personnes ont manifesté devant la Cinémathèque française où le réalisateur de 84 ans devait présenter son dernier film, « D’après une histoire vraie ».

Les manifestantes ont tapé sur les vitres et ont brandi des pancartes sur lesquelles était écrit « Si violer est un art, donnez à Polanski tous les Césars ».

Lire la suite sur www.boursorama.com…

Des dizaines de manifestants ont protestée, lundi 30 octobre, devant la Cinémathèque de Paris, contre la rétrospective consacrée au réalisateur franco-polonais Roman Polanski, accusé par plusieurs femmes d’agressions sexuelles.

« Pas d’honneur pour les violeurs » ont-elles scandé au passage du réalisateur de 84 ans, venu présenter son dernier film D’après une histoire vraie.

Les deux femmes, portant dans le dos l’inscription « Very Important Pedocriminal » ont été rapidement évacuées de la Cinémathèque et ont continué à manifester à l’extérieur du bâtiment.Quand Polanski apparait deux femen apparaissent : bras d’honneur pour les violeurs #MeToo pic.twitter.com/zQb6jQOq9B— Laurent Carpentier (@locarp) 30 octobre 2017″Apprécier un artiste ne signifie pas taire ses crimes ! »

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

La rétrospective consacrée à Roman Polanski à la Cinémathèque de Paris a fait l’objet d’un rassemblement d’associations féministes lundi soir, lors de l’inauguration de l’exposition en présence du cinéaste.

On a montré qu’on était là mais ça n’a pas marché », regrette sur Europe 1 Laure Salmona, co-fondatrice du collectif « Féministes contre le cyber-harcèlement » et auteure d’une pétition « pour que la Cinémathèque annule son hommage à Roman Polanski », ralliée par 28.000 personnes.

« Il y a un discours qui explique que Roman Polanski est quelqu’un de très talentueux et son œuvre est une grande œuvre cinématographique, donc il faut continuer à la montrer coûte que coûte », expose Laure Salmona.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Alors que l’organisation d’une rétrospective consacrée à Roman Polanski est vivement critiquée, notamment à travers une manifestation ce lundi 30 octobre, une nouvel événement organisé par l’institution culturelle parisienne fait déjà grincer des dents.

https://t.co/ZQ7RtwliJc pic.twitter.com/ia6egpbDOr

— Laure Salmona (@curiosarama) 26 octobre 2017

La Cinémathèque indique en effet dans un dossier de presse que le réalisateur Jean-Claude Brisseau sera invité par l’institution, au cours du mois de janvier, à l’occasion de la sortie de son prochain film « Que le diable nous emporte ».

(@osezlefeminisme) 30 octobre 2017

Le réalisateur de 73 ans avait été condamné en 2005 à un an de prison avec sursis et 15.000 euros d’amende pour avoir harcelé sexuellement deux actrices lors des auditions pour son film « Choses secrètes ».

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…