Mika, Rihanna, Khaled… Le printemps des plagiats?

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Condamné vendredi pour avoir copié son titre phare Didi, le «Roi du raï» est le dernier exemple en date d’une longue lignée de plagieurs en série.

Condamné vendredi pour avoir copié son titre phare Didi, le «Roi du raï» est le dernier exemple en date d’une longue lignée de plagieurs en série.

Les accusations de plagiat d’œuvres musicales se sont multipliées cette année, dont Cheb Khaled est le dernier en date.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

People – à 12h15Tom Cruise a-t-il abandonné sa fille Suri ? [email protected]’) » href= »# » rel= »nofollow »>C’est Bratsch qui invite ! tribunal , musique , justice , khaled PeopleLa justice française a condamné, vendredi dernier, le roi du raï Cheb Khaled pour plagiat.

La décision du tribunal impose à l’icône de la musique algérienne de restituer à Cheb Rabah les droits d’auteur perçus pour la composition musicale de l’œuvre, commercialisée à partir de 1991, au titre de son exploitation dans le monde, mais aussi pour une période postérieure à juin 2003 en raison d’une prescription partielle.

Enfin, le tribunal a ordonné à la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) de « modifier toute sa documentation » concernant le titre Didi afin que l’auteur lésé bénéficie d’une part des droits de reproduction mécanique et d’exécution publique en tant que « seul compositeur » de la chanson.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Le couperet est tombé, vendredi 3 avril, au tribunal de grande instance de Paris : Cheb Khaled a été condamné pour avoir plagié la musique d’un auteur algérien, Cheb Rabah, pour la composition de son plus grand tube international, « Didi ».

Par conséquent, la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), elle, est dans l’obligation « de modifier toute sa documentation » concernant la chanson « Didi » pour faire désormais bénéficier Cheb Rabah d’une part des droits de reproduction mécanique et d’exécution publique « en tant que seul compositeur » de l’œuvre.

Selon le tribunal de grande instance de Paris, le chanteur de 55 ans, surnommé le « roi du raï », a copié la musique d’un auteur algérien, Cheb Rabah, pour la composition de son plus gros tube.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

Le tribunal a enfin ordonné à la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) de «modifier toute sa documentation» concernant la chanson Didi pour faire désormais bénéficier cheb Rabah d’une part des droits de reproduction mécanique et d’exécution publique «en tant que seul compositeur» de l’œuvre.

Considéré comme le «roi du raï», Khaled Hadj Brahim Khaled, dit cheb Khaled, a été le lauréat de nombreux prix prestigieux et a vendu plusieurs dizaine de millions d’albums à travers le monde. «Il n’est pas contestable que la chanson Didi (… ) a connu un véritable succès durant plusieurs années sur un territoire important», constate le tribunal dans son jugement.

Véritable carrefour d’épanouissement et de développement effectif de la PME locale pendant les quatre dernières années, le Salon international Hassi Messaoud fournisseurs de produits et services a ouvert ses portes le 3 mars au chapiteau de l’hôtel Hilton à Alger sous une autre appellation, à savoir le Salon international des fournisseurs des produits et des services pétroliers et gaziers.

Lire la suite sur www.elwatan.com…

En outre, le tribunal a ordonné à la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) « de modifier toute sa documentation » concernant la chanson Didi pour faire désormais bénéficier Cheb Rabah d’une part des droits de reproduction mécanique et d’exécution publique « en tant que seul compositeur » de l’œuvre. « C’est un succès qui reposait sur un mensonge », a commenté Jean-Marie Guilloux, avocat de Cheb Rabah.

Dans sa décision, le tribunal a condamné le chanteur, 55 ans, à restituer à Cheb Rabah les droits d’auteur perçus pour la composition musicale de l’œuvre, commercialisée à partir de 1991, au titre de son exploitation dans le monde, mais aussi pour une période postérieure à juin 2003 en raison d’une prescription partielle.

Le « roi du raï » Cheb Khaled a été condamné, vendredi 3 avril, par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir plagié la musique d’un auteur algérien, Cheb Rabah, pour la composition de son plus grand tube international, Didi.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le tribunal a enfin ordonné à la SACEM (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) «de modifier toute sa documentation» concernant la chanson Didi pour faire désormais bénéficier Cheb Rabah d'une part des droits de reproduction mécanique et d'exécution publique «en tant que seul compositeur» de l'oeuvre.

Le «roi du raï» Cheb Khaleb a été condamné vendredi par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir plagié la musique d'un auteur algérien, Cheb Rabah, pour la composition de son plus gros tube international, Didi, ont indiqué leurs avocats ce mardi. «C'est un succès qui reposait sur un mensonge», a commenté Me Jean-Marie Guilloux, avocat de Cheb Rabah.

En particulier et de manière non exhaustive sont proscrits : l’incitation à la haine raciale et à la discrimination, l’appel à la violence ; la diffamation, l’injure, l’insulte et la calomnie ; l’incitation au suicide, à l’anorexie, l’incitation à commettre des faits contraires à la loi ; les collages de textes soumis au droit d’auteur ou au copyright ; les sous-entendus racistes, homophobes, sexistes ainsi que les blagues stigmatisantes. – De plus, votre message doit respecter les règles de bienséance : être respectueux des internautes comme des journalistes de 20Minutes, ne pas être hors-sujet et ne pas tomber dans la vulgarité. – D’autre part, les messages publicitaires, postés en plusieurs exemplaires, rédigés en majuscules, contenant des liens vers des sites autres que 20Minutes ou trop longs seront supprimés. De même, 20Minutes. fr respecte tous les engagements de ses lecteurs, mais n’autorise pas le prosélytisme.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Dans sa décision prononcée vendredi, le tribunal a notamment condamné Cheb Khaled, 55 ans, à restituer à Cheb Rabah les droits d’auteurs perçus pour la composition musicale de l’oeuvre « Didi », commercialisée à partir de 1991, au titre de son exploitation dans le monde, mais pour une période postérieure à juin 2003 en raison d’une prescription partielle.

Le tribunal a enfin ordonné à la SACEM (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) « de modifier toute sa documentation » concernant la chanson Didi pour faire désormais bénéficier Cheb Rabah d’une part des droits de reproduction mécanique et d’exécution publique « en tant que seul compositeur » de l’oeuvre.

Le « roi du raï » Cheb Khaled vient d’être condamné par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir plagié la musique d’un auteur algérien, Cheb Rabah, pour la composition de son plus gros tube international, « Didi ».

Lire la suite sur www.boursorama.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn