Migration : un conseil des ministres de l’intérieur sous le signe exclusif de la sécurité

Le centre historique d’Innsbrück avait été entièrement bouclé depuis la veille par des centaines de policiers lourdement armés, et les vingt-huit ministres de l’intérieur de l’Union européenne (UE), dont l’Italien Matteo Salvini et l’Allemand Horst Seehofer, ont tous été accueillis par une sorte de parade militaire, fanfare à l’appui.

Le ministre autrichien Herbert Kickl, membre éminent du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ), l’extrême droite autrichienne en coalition avec les conservateurs, entendait aussi profiter de ce rendez-vous censé rester informel pour remettre sur la table des propositions pourtant repoussées par le Conseil européen du 28 juin à Bruxelles, mais aussi lors d’un conseil informel d’experts de l’UE, tout début juillet à Vienne.

« Ils n’avanceront pas sur les centres de débarquement suggérés par le Conseil du 28 juin tant que, de leur côté, les Européens n’auront pas avancé sur ces centres contrôlés dans l’UE que le Conseil évoque aussi », ajoute ce diplomate.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Les arrivées sur les côtes européennes ont massivement chuté par rapport au pic enregistré à l’automne 2015, mais la question migratoire continue de créer des tensions dans et entre les États membres.

Réunis à Innsbruck (sud de l’Autriche), ils devront en particulier préciser l’idée de « plateformes de débarquement », proposée dans les conclusions du sommet sous tension tenu fin juin à Bruxelles.

Problème, aucun pays tiers ne s’est jusqu’à présent proposé pour héberger de tels lieux d’accueil, et plusieurs pays comme le Maroc et la Tunisie ont déjà exclu d’accueillir.

Lire la suite sur www.sudouest.fr…

Les arrivées sur les côtes européennes ont massivement chuté par rapport au pic enregistré à l’automne 2015, mais la question migratoire continue de créer des tensions dans et entre les Etats membres de l’UE.

Le ministre autrichien d’extrême droite Herbert Kickl (FPÖ, membre de la coalition au pouvoir avec les conservateurs à Vienne), accueillera notamment jeudi son homologue italien Matteo Salvini, d’extrême droite lui aussi, et maître d’oeuvre du durcissement de Rome sur ce sujet.

Le ministre allemand de l’Intérieur a provisoirement levé sa menace de refouler unilatéralement des migrants à la frontière autrichienne, qui risquait de provoquer un effet domino fatal à l’espace Schengen.

Lire la suite sur www.corsematin.com…