Migrants à Paris : "Je n'ai plus de tente. Je dors où ce soir ?"

Mireille, elle, n’y voit qu’une « opération de déménagement-ménage » supplémentaire, « comme ils en font quand ils estiment que le camp devient trop important », à laquelle elle cherche en vain un sens.

A ses côtés, derrière un cordon de policiers, quelques citoyens et des dizaines de migrants, visiblement épuisés, assistent également à la scène.

Cheveux gris et coupe-vent rouge, Mireille raconte comment, un peu plus tôt, de nombreuses tentes ont été retirées, et certains migrants « emmenés dans un bus ».

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Ceux qui avaient réclamé plus tôt la propriété de ces biens se sont heurtés aux CRS. « Ce qui s’est passé ce matin est une opération de contrôle des situations administratives.  » Telle était la réponse, immuable, de la préfecture de police de Paris, quelques heures après l’intervention dans le campement installé sous le métro aérien de Stalingrad.

Cueillis dans leur sommeil par la police venue contrôler leur statut, lundi 31 octobre au matin, des migrants du campement de Stalingrad (dans le nord-est de Paris) ont dû quitter les lieux précipitamment, laissant derrière eux tentes, matelas et sacs de couchage.

Dans une lettre adressée au ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, et à la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, le 28 octobre, la maire de Paris, Anne Hidalgo, prévient que le centre d’accueil n’a « pas vocation à accueillir les migrants déjà présents à Stalingrad : ce n’est pas sa fonction, il n’en a, par ailleurs, pas la capacité ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

INFOGRAPHIE – Depuis une semaine, et le démantèlement du bidonville de Calais, la situation se tend dans le quartier de Stalingrad qui fait face à un afflux massif de migrants. Çà et là, les bruits de fermetures Éclair rompent le silence matinal, des têtes encore froissées passent au-dehors des tentes, d’autres s’observent, hagardes, dans un miroir de récupération adossé à un platane, avant quelques ablutions.

Plus encore depuis une semaine, témoignent les riverains et commerçants de l’avenue de Flandre, date du démantèlement du bidonville de Calais. 2000 à 2500 migrants seraient là, selon la Ville de Paris, essentiellement des Soudanais, des Érythréens, des Afghans et des Libyens.

Dans le triangle métro de Stalingrad, quai de Jemmapes et avenue de Flandre, au carrefour des Xe et XIXe arrondissements de Paris, de nouvelles tentes de migrants repoussent chaque jour les mètres linéaires de cette «jungle» dans la ville.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Pour empêcher la reconstitution à répétition de ces campements, la maire de Paris a décidé d’ouvrir un «centre d’accueil humanitaire», doté de 400 lits au départ, pour prendre en charge les migrants pendant quelques jours, avant de les répartir sur des structures d’hébergement plus pérennes en régions : des Centres d’accueil et d’orientation (CAO) similaires à ceux qui ont accueilli les migrants de Calais. Environ 5. 000 migrants de la «Jungle» ont été orientés vers des CAO au cours du démantèlement express mené la semaine dernière par les autorités, qui devaient finir lundi d’y raser les baraquements.

Tenus à distances, des migrants, dont certains portaient à bout de bras leurs affaires dans d’énormes baluchons, ont observé la scène avec lassitude, blasés par ces contrôles répétitifs. À peine le nettoyage achevé, certains migrants se sont rués vers leurs affaires mises à l’abri, pour reconstituer dans la foulée un campement au même endroit. Évacué à deux reprises en juillet et septembre, ce campement situé dans un quartier populaire de la capitale s’est reformé et a grossi ces derniers jours, avec quelque 2. 000 personnes, selon les autorités, actuellement installées à même le macadam.

Une nouvelle opération policière, pour contrôler les migrants et nettoyer les lieux, s’est déroulée lundi matin sur le vaste campement parisien qui doit être évacué cette semaine, dans la foulée du démantèlement de la «Jungle» de Calais.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Nouvelle opération de police dans le camp de migrants de Stalingrad à ParisDeux cordons de CRS ont encerclé une bonne centaine de migrants, une partie sous la station de métro Jaurès, une autre au niveau du canal Saint-Martin.

Lundi 31 octobre, deux cordons de CRS ont encerclé une bonne centaine de migrants, une partie sous la station Jaurès du métro aérien, une autre au niveau du canal Saint-Martin, où sont principalement installés des Afghans.

La situation est devenue insupportable à Stalingrad, insupportable pour les réfugiés, elle est insupportable pour les habitants donc il est grand temps que l’Etat mette à l’abri ces personnes qui aujourd’hui vivent dans des conditions indignes » ajoute-t-il devant la caméra de France Télévisions.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Il n’exclut pas d’ailleurs de voter pour la présidente du Front National, à certaines conditions. – Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a officiellement proclamé à Bangui, la fin de l’opération française Sangaris en Centrafrique. – Selon un rapport dévoilé par « Le Parisien », le déraillement du TGV Est, qui avait fait 11 morts, aurait été causé par des erreurs de calcul. – Poursuivi pour le recel de 271 œuvres de Picasso et condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, l’ancien électricien du peintre a changé sa version des faits.

Ce lundi 31 octobre à l’aube, la police a investi le vaste campement de migrants installé sous le métro à la station Stalingrad, dans le nord-est de la capitale. Environ 2. 000 personnes s’y entassent dans des abris de fortune depuis plusieurs mois.

Une trentaine d’opérations de démantèlement ont déjà eu lieu dans ce quartier. À Calais, les derniers abris de la « Jungle » ont été détruits en fin d’après-midi. Les quelque 6. 000 personnes, qui vivaient là, ont été réparties dans des centres d’accueil dans toute la France. – Ce matin sur RTL, Jean-Frédéric Poisson relancé le débat du Front républicain en indiquant qu’il s’abstiendrait probablement en cas de duel entre François Hollande et Marine Le Pen.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Une opération de "contrôle administratif" a eu lieu ce lundi matin vers 8h dans le quartier de Stalingrad, à Paris, où environ 2000 migrants ont trouvé refuge ces derniers jours, suite au démantèlement de la "Jungle" de Calais.

En outre, contrairement à ce que laissait penser ce contrôle de "routine", le déblaiement du camp de fortune annoncé par Manuel Valls n’aura pas lieu ce lundi, mais en fin de semaine selon nos informations.

Dans l'idée de contrer ces campements, Anne Hidalgo a annoncé l'ouverture d'un centre d'accueil humanitaire, pour prendre en charge les migrants pendant quelques jours avant de les répartir sur des structures d'hébergement en régions.

Lire la suite sur www.lci.fr…

Lire la suite sur www.ledauphine.com…