Médecin de campagne: le réalisateur Thomas Lilti et Patrick Pelloux face-à-face

Patrick Pelloux: Je me souviens qu’Hippocrate avait provoqué quelques remous à la commission médicale d’établissement (CME) des Hôpitaux de Paris, où certains membres trouvaient honteux la manière dont l’hôpital était présenté.

Thomas Lilti, 39 ans, docteur et réalisateur, vient de mettre en scène Médecin de campagne (en salles le 23 mars), dont le titre suffit à résumer le (bon) film.

Thomas Lilti: Il faut juste éviter de parler de la médecine d’une seule manière. P. P. : Comment t’est venue l’idée de raconter la vie d’un médecin de campagne? T. L. : J’ai fait quatre ou cinq ans de remplacements en milieu rural.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Tout cet individualisme, c’est le résultat d’années de droite dure. Ça veut dire quoi ces "je vais tous vous niquer", ces "quand on veut on peut".

Ce qu’il faut transmettre à ses enfants, c’est l’enthousiasme. "Bande de cons, vous ne savez même pas ce qu’est l’amour! Bien sûr !

La seule question qu’on devrait se poser dans notre petit pays, c’est qu’est-ce qu’on peut faire pour qu’il y ait un peu d’espoir.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Une ode à ce métier d’amour et de dévouement. réagir « Ce docteur est là pour panser autant les plaies physiques que psychiques », raconte François Cluzet à propos de Jean-Pierre Werner, son personnage dans le nouveau film de Thomas Lilti, le réalisateur d’« Hippocrate ». (D. Caron.

François Cluzet interprète le docteur Jean-Pierre Werner, un généraliste qui soigne et rassure ses patients jour et nuit.

François Cluzet interprète le docteur Jean-Pierre Werner, un généraliste qui soigne et rassure ses patients jour et nuit.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Confrontée à cette réalité rurale un peu rude pour la souris des villes qu’elle est (les voitures s’embourbent dans les chemins, des jars la poursuivent dans la cour d’une ferme), Nathalie rejoue, sur un mode mineur et plus rassurant, les « Récits d’un jeune médecin » de Boulgakov (dont Jean Pierre lui fait présent), qui racontait les débuts tâtonnants d’un novice, confronté seul à des cas complexes, dans la campagne russe hostile du début du XXe siècle.

Que ce soit entre les murs des hôpitaux parisiens ou les pieds dans la gadoue, les médecins de Thomas Lilti ne sont ni plus ni moins que des aventuriers, des héros entièrement dévolus à leur métier qui « se bagarrent contre la barbarie de la nature » comme le dit Jean-Pierre dans son monologue de vieux sage, presque élégiaque, à la fin du film.

Personnage fréquent dans la littérature du XIXe et du début du XXe siècle, chez Flaubert et Balzac comme chez les Russes, le médecin de campagne, ce pivot de la vie rurale dévoué corps et âme à ses patients, semblait être une figure dépassée, archaïque, une image d’Épinal boudée par la fiction actuelle.

Lire la suite sur leplus.nouvelobs.com…

CULTUREBOXAprès "Hippocrate", Thomas Lilti signe son quatrième long métrage avec "Médecin de campagne", interprété par les formidables François Cluzet et Marianne Denicourt, remarquables, qui portent le film.

Les métiers de la santé fascinent, comme le démontre le succès des séries télévisées « Docteur House », « Urgences », « Docteur Quinn, femme médecin », « Médecin de nuit « … Une analogie s’effectue avec le curé de campagne.

Comme ce court métrage éponyme du film de Tilti  « Médecin de campagne » (1975) de l’Egyptien Khairi Bechara, « Docteur B. , médecin de campagne » (1966) d’Alain Tanner, ou « Le Médecin de campagne » (1927) de Rupert Julian.

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

Dans une interview accordée au Parisien, l’acteur, qui a refusé la légion d’honneur, a fait quelques confidences sur ce nouveau rôle qui lui tiend à cœur : « Ce rôle a été un écho intime parce que j’aurai bien aimé être médecin.

Le film alerte l’opinion publique, les pouvoirs publics, sur un trésor en danger ».  D’ailleurs, François Cluzet a eu l’occasion de rencontrer des médecins de campagne lors des avant-premières en province : « Plusieurs sont venus me voir.

Avant d’ajouter : « Ce docteur est là pour panser autant les plaies physiques que psychiques ».  Et si l’acteur n’a pas connu de médecins de campagne, il avait toutefois un médecin de famille : « Non.

Lire la suite sur www.non-stop-people.com…

Un quotidien où, en raison de la raréfaction des vocations pour cet exercice très particulier de la médecine, on va s’apercevoir qu’il est impossible  de compter ses heures de travail, impossible de refuser de sortir de jour comme de nuit, quel que soit le temps, mais un quotidien où, face à des situations souvent inédites, on doit être capable de faire preuve d’autant de savoir que de sens pratique.

Repéré par Alain Benguigui et Thomas Verhaeghe, il réussit à écrire et réaliser, en 2007, « les yeux bandés », son premier « long ». pendant plusieurs années, il alternera  pratique médicale et écriture de scénarii (notamment en 2011 « Télé gaucho » et « Mariage à Mendoza »).

Avec son film, « Médecin de campagne », et grâce aussi à la remarquable interprétation de François Cluzet et de Marie Denicourt, Thomas Lilti pose admirablement le problème d’une société ayant beaucoup de mal à défendre ses valeurs fondamentales.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

Médecin, Thomas Lilti s’est fait connaître du grand public en 2014 en réalisant le film Hippocrate, dans lequel on pouvait suivre le parcours initiatique d’un jeune interne en médecine.

Médecin, Thomas Lilti s’est fait connaître du grand public en 2014 en réalisant le film Hippocrate, dans lequel on pouvait suivre le parcours initiatique d’un jeune interne en médecine.

La médecine de proximité est une médecine qui crée du lien social, qui exige de grandes qualités humaines, où le médecin est plus qu’un praticien : confident, assistant social, psychanalyste… A l’hôpital, on a une médecine de pointe, une médecine de recherche.

Lire la suite sur www.pourquoidocteur.fr…