Macron met en garde contre "les extrêmes", Le Pen joue la carte de l'écologie

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Face à un Emmanuel Macron déterminé à placer le débat présidentiel sur le terrain des « valeurs » et de la lutte contre les « extrêmes », Marine Le Pen a contre-attaqué dimanche avec une visite éclair sur le thème de l’écologie, signal adressé à l’électorat Mélenchon.

Par ailleurs, le président par intérim du FN Jean-François Jalkh, accusé de propos négationnistes qu’il a démentis, a été remplacé vendredi par le maire d’Hénin-Beaumont et eurodéputé Steeve Briois.Marine Le Pen à Gardanne, le 30 avril 2017 © STRINGER AFP »Ne pas se souvenir c’est prendre le risque de répéter l’histoire », avait déjà plaidé vendredi M. Macron, qui entend mettre en exergue dans la dernière semaine de campagne ce qui le distingue de Mme Le Pen « sur les valeurs et sur le fond des politiques publiques ».

Nouvelle visite surprise
Comme à Amiens, où elle avait brièvement rencontré des salariés de Whirlpool mercredi, Mme Le Pen a effectué dimanche une visite surprise sur le site de l’usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), connue pour la pollution liée au rejet de « boues rouges ».

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

« Ce qui s’est passé » ne « doit plus jamais advenir », a déclaré, dimanche 30 avril, Emmanuel Macron après une visite au Mémorial de la Shoah, où il a rendu hommage « à toutes ces vies fauchées par les extrêmes, par la barbarie ».

Il a été accueilli par le président du mémorial, Eric de Rothschild, et le grand rabbin de France, Haïm Korsia.

A l’intérieur du bâtiment, M. Macron s’est arrêté devant le mur sur lequel sont inscrits les noms des 76 000 déportés juifs de France, parmi lesquels 11 000 enfants.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

C’était une visite symbolique, il a arpenté les couloirs du musée du Mémorial de la Shoah.

Marine Le Pen avait contesté cette responsabilité, et Macron s’en souvient : comme à Oradour-sur-Glane vendredi, il veut mettre en garde contre l’accession de l’extrême-droite au pouvoir.

On a vu ce que Marine Le Pen a fait à propos du Vél d’Hiv !

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Troisième étape de la semaine consacrée au devoir de mémoire pour Emmanuel Macron : après une commémoration du génocide arménien lundi, un déplacement à Oradour-sur-Glane vendredi, le candidat d’En marche s’est rendu au Mémorial de la Shoah, à Paris, en ce dimanche 30 avril qui marquait la Journée nationale du souvenir de la Déportation.

À son arrivée, le candidat à l’Élysée a été applaudi par une petite foule rassemblée à l’entrée du Mémorial et accueilli par le président du Mémorial et le grand rabbin de France, Haïm Korsia.

Des documents sur la rafle du Vél d’Hiv
À l’intérieur, Emmanuel Macron s’est arrêté devant le mur sur lequel sont inscrits le nom des 76 000 déportés juifs de France, parmi lesquels 11 000 enfants.

Lire la suite sur www.france24.com…

« Ne pas se souvenir c’est prendre le risque de répéter l’histoire », avait plaidé vendredi l’ex-ministre, qui entend mettre en exergue dans la dernière semaine de campagne ce qui le distingue de Mme Le Pen « sur les valeurs et sur le fond des politiques publiques », selon des propos tenus au JDD.

Le premier a dit à propos du ralliement du second à Marine Le Pen : « Il y a là quelque chose qui montre à quel point on en est venu à faire n’importe quoi. »

Pour Bayrou, Dupont-Aignan fait «n’importe quoi»
• Marine Le Pen tente de séduire les écolos
La prétendante à l’Élysée a effectué dimanche matin une visite surprise à Gardanne (Bouche-du-Rhône), sur le site de l’usine Altéo, dont les rejets de « boues rouges » dans la Méditerranée ont fait polémique.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Au Mémorial de la Shoah, Emmanuel Macron en appelle au «devoir»
Par
RFI
Publié le 30-04-2017
Modifié le 30-04-2017 à 20:30
Emmanuel Macron était à Paris ce dimanche 30 avril, où il s’est rendu au Mémorial de la Shoah, puis au Mémorial des Martyrs de la Déportation.

Applaudi par une petite foule à l’entrée du Mémorial où il a été accueilli par le grand rabbin de France Haïm Korsia, Emmanuel Macron s’est ensuite arrêté devant le mur portant les noms des 76 000 déportés juifs de France.

Il a également visité le centre de documentation, où il s’est vu présenter des archives sur la rafle du Vél’d’Hiv, dont un document sur son organisation émanant de la préfecture de Paris.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Aux côtés du directeur du Mémorial, Jacques Fredj, Emmanuel Macron a notamment parcouru des archives sur le statut des juifs durant le régime de Vichy.

Marine Le Pen se recueille à Marseille  Le candidat a également appelé à rejeter «l’afaiblissement moral», le «négationnisme» et «le relativisme».

Durant la campagne, Marine Le Pen avait également créé la polémique en jugeant que la France n’était «pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv» en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés puis déportés dans des camps de concentration.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Face à un Emmanuel Macron déterminé à placer le débat présidentiel sur le terrain des « valeurs » et de la lutte contre les « extrêmes », Marine Le Pen a contre-attaqué dimanche avec une visite éclair sur le thème de l’écologie, signal adressé à l’électorat Mélenchon.

Comme à Amiens, où elle avait brièvement rencontré des salariés de Whirlpool mercredi, Mme Le Pen a effectué dimanche une visite surprise sur le site de l’usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), connue pour la pollution liée au rejet de « boues rouges ».

Jeudi, M. Macron avait aussi envoyé des signaux aux électeurs de M. Mélenchon et de Benoît Hamon, arguant que son projet « n’a rien à voir avec celui de Mme Le Pen, qui refuse de voir la transition écologique en face ».

Lire la suite sur www.lanouvellerepublique.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn