Luc Besson condamné pour contrefaçon

Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler. 15H27
Retraites complémentaires: propositions du Medef avec un système de… 15H25
Migrants: la Hongrie fermera sa frontière avec la Croatie à minuit… 15H25
Contrôles d’identité au faciès: condamné en appel, l’État se… 15H24
Les craintes sur l’économie chinoise sont exagérées, juge le patron… 15H20
Bretagne : Le Drian confirme sa candidature à la présidence de la… 15H18
Fifa : les Anglais lâchent Platini 15H14
Le Meetic des toutous 15H11
Le Drian confirme sa candidature à la présidence de la région Bretagne 15H09
Burkina: le général putschiste Diendéré inculpé de « crime contre… 15H09
Une avalanche de chansons pour Céline Dion 15H07
Migrants en Turquie: le « plan d’action commun » avec l’UE est un… 15H06
Fifa: les Anglais lâchent Platini, le soutien européen se lézarde 15H05
La mesure phare du Medef pour sauver les retraites complémentaires 15H02
Le mythique Chelsea Hotel s’expose chez Renoma 14H55
Déchus de la nationalité française, ils dénoncent une « décision… 14H52
Au Pakistan, les débuts prometteurs du « Uber du rickshaw » 14H52
Les Kurdes syriens sont-ils coupables de « crimes de guerre » ? 14H50
Luc Besson condamné pour contrefaçon 14H39
La mairie de Melun n’installera pas sa crèche de Noël 14H32
Une civilisation extraterrestre a-t-elle vraiment été découverte ? 14H28
Droit de réponse : Emmanuel Barbe précise au « Point » 14H27
Grèce: le commissaire européen aux Migrations visite l’île de Lesbos 14H26
Dassault: le PDG confirme « un décalage » du calendrier pour le… 14H24
Hou Shiao-hsien, mythique réalisateur de Taïwan, convoite un Oscar 14H22
Turquie : la divine surprise d’Erdogan 14H20
Cisjordanie : un Palestinien se déguise en journaliste et poignarde…

EuropaCorp, James Mather, Stephen Saint-Leger, qui ont écrit et réalisé Lock Out, sorti en 2012, en collaboration avec Luc Besson, ont été solidairement condamnés à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Nick Castle, qui a coécrit New York 1997, et 20 000 euros à John Carpenter.

Le film « Lock Out », écrit en collaboration avec Luc Besson, constitue une contrefaçon du long-métrage « New York 1997 » réalisé par l’Américain John Carpenter.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Pour les juges, « les caractéristiques significatives du film New-York 1997 », à savoir, « un héros athlétique, rebelle et cynique, condamné (… ) à exécuter une peine de prison », devant « affronter des détenus dangereux menés par un chef au bras droit imprévisible » ou encore  » retrouver une mallette à l’importance capitale »,  « tendant à lui donner une physionomie propre, ont été reprises par Lock-Out, ce qui caractérise la contrefaçon ».

Le producteur et les auteurs du film "Lock Out" ont été reconnu coupables d'avoir plagié "New-York 1997" de John Carpenter.

Europacorp, la société de Luc Besson et les auteurs-réalisateurs ont été solidairement condamnés à verser 10. 000 euros de dommages et intérêts à Nick Castle, qui a co-écrit  le film de 1981 et 20. 000 euros à John Carpenter.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Tout commence en 2012, lorsque le célèbre cinéaste américain John Carpenter visionne le film « Lock out » et lui trouve un peu trop de points communs avec « New York 1997 », qu’il a réalisé en 1981. Il porte alors plainte.

Le Tribunal de grande instance de Paris a jugé que le film « Lock out », sorti en 2012, est une « contrefaçon » de « New-York 1997 » de John Carpenter, réalisé trente ans plus tôt.

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d’accès et de rectification sur ces données nominatives.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Abrams et la productrice Kathleen Kennedy, les petits nouveaux Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac et Adam Driver, mais aussi les glorieux anciens Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford pour sa première apparition publique depuis son accident d’avion… Dans le secret du tournage L’équipe de Star Wars Episode VII : Le Réveil de la Force a fait monter la tension d’un cran – et plus – ce vendredi lors du Comic Con de San Diego, lors d’une rencontre…

Alors que le cinéaste américain avait déposé plainte en 2012 contre le réalisateur français et sa société de production EuropaCorp pour plagiat, les juges lui ont donné raison et Luc Besson a été condamné à verser 80. 000 euros de dommages.

La justice française a tranché en mai dernier, l’affaire restée secrète jusqu’alors vient tout juste d’être rendue public : le film Lock Out (sorti en 2012) de Luc Besson a été reconnu comme une contrefaçon aux yeux de la loi.

Lire la suite sur www.metronews.fr…

EuropaCorp, la société de production de Luc Besson, vient d’être condamnée pour plagiat par le tribunal de Grande Instance de Paris.

Les défendeurs (EuropaCorp, Luc Besson et son co-scénariste, ndlr) sont condamnés in solidum à verser la somme de 20 000 euros au réalisateur du film contrefait, 10 000 euros au scénariste, et 50 000 euros à la société cessionnaire des droits d’exploitation".

En tout c’est donc 80 000 euros que Luc Besson et sa société EuropaCorp vont devoir débourser pour indemniser John Carpenter et ses équipes.

Lire la suite sur www.public.fr…

Votre édition du soir est disponible sur soir. sudouest. e producteur Luc Besson et sa société Europacorp ont été condamnés en mai à verser des dommages et intérêts au réalisateur américain John Carpenter, la justice estimant que le film « Lock-Out » constitue une contrefaçon du long-métrage « New-York 1997 ».

Europacorp, James Mather, Stephen Saint-Leger, qui ont écrit et réalisé « Lock-Out », sorti en 2012, en collaboration avec Luc Besson, ont été solidairement condamnés à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Nick Castle, qui a co-écrit « New-York 1997 », et 20 000 euros à John Carpenter.

Ils ont également été condamnés à verser 50 000 euros de dommages et intérêts à Studiocanal, qui détient les droits d’exploitation de « New-York 1997 », selon le jugement, rendu le 7 mai 2015 par la troisième chambre civile du tribunal de grande instance de Paris.  Les demandeurs réclamaient au total trois millions.

Lire la suite sur www.sudouest.fr…

Des sommes qui ont poussé le produc­teur à faire appel, d’autant que la déci­sion du tribu­nal de grande instance de Paris pour­rait faire juris­pru­dence : Luc Besson fait l’objet d’une autre plainte pour plagiat, au sujet de son film Colom­biana (2011).

Le tribu­nal de grande instance de Paris a tran­ché : le scéna­rio du Français est proche, trop proche de celui de l’Améri­cain, dont le film est sorti en 1981 – soit 31 ans avant.

Le tribu­nal de grande instance de Paris a tran­ché : le scéna­rio du Français est proche, trop proche de celui de l’Améri­cain, dont le film est sorti en 1981 – soit 31 ans avant.

Lire la suite sur www.gala.fr…

The court nevertheless noted many similarities between the two science-fiction films: both presented an athletic, rebellious and cynical hero, sentenced to a period of isolated incarceration – despite his heroic past – who is given the offer of setting out to free the President of the United States or his daughter held hostage in exchange for his freedom; he manages, undetected, to get inside the place where the hostage is being held, after a flight in a glider/space shuttle, and finds there a former associate who dies; he pulls off the mission in extremis, and at the end of the film keeps the secret documents recovered in the course of the mission.

The court held that the combination of these elements, which gave the film ‘New York 1997’ its particular appearance and originality, had been reproduced in ‘Lock-Out’, apart from certain scenes and specific details that were only present in the first film.

In reaching its decision, the court recalled that although ideas are free to be used and there could be no protection merely for the theme of a film, it was nevertheless possible to consider whether the form of the film was not a characteristic feature, and whether its reproduction was such as to constitute infringement of copyright; this was determined by considering similarities rather than differences.

Lire la suite sur merlin.obs.coe.int…