Londres à l’heure des représailles après l’empoisonnement de l’espion russe

Elle présidait ce lundi matin une réunion du Conseil de sécurité nationale pour faire le point sur l’enquête et les commanditaires de l’attaque.

«La première ministre devrait faire une annonce prochainement et, franchement, je serais surpris si elle ne pointait pas le Kremlin du doigt», laissait entendre ce matin Tom Tugendhat, président de la commission des affaires étrangères au Parlement.

Lors d’un conseil des ministres, mardi, Theresa May avait résisté aux pressions de son ministre des Affaires étrangères Boris Johnson de débattre du sujet, au motif que l’enquête n’avait pas suffisamment avancé.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La première ministre britannique, Theresa May, doit s’exprimer lors d’une allocution au cours de laquelle elle pourrait mettre en cause la Russie.

La première ministre britannique Theresa May a présidé, lundi 12 mars, une réunion du Conseil national de sécurité consacrée à l’affaire de l’empoisonnement de l’ancien espion russe Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, en Angleterre début mars.

Le président de la commission des affaires étrangères du Parlement britannique, Tom Tugendhat, a estimé que l’empoisonnement de M. Skripal et de sa fille à l’aide d’un agent innervant ressemblait à une tentative de meurtre d’Etat et dit s’attendre à ce que la Russie soit mise en cause.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Interrogé par la BBC sur une éventuelle responsabilité de la Russie dans l’empoisonnement de Sergueï Skripal, le président russe a conseillé à Londres de « tirer les choses au clair », avant d’en parler à Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine a conseillé, lundi 12 mars, au Royaume-Uni de « tirer les choses au clair » concernant l’empoisonnement dans le sud de l’Angleterre de Sergueï Skripal, un ex-agent double russe, avant toute discussion à ce sujet avec Moscou.

Un « jeu très dangereux »

Un peu plus tôt dans la journée, le porte-parole de la présidence russe a estimé de son côté que l’empoisonnement de Sergueï Skripal ne concernait pas Moscou.

Lire la suite sur www.france24.com…