L’Iran très sceptique après les propos de Trump

Malgré son hostilité déclarée au régime iranien, qui s’est notamment matérialisée par la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, M. Trump a semblé lundi ouvrir la porte à des discussions au plus haut niveau, sans conditions préalables.

Les réactions ont été globalement très négatives dans les cercles politiques iraniens, le vice-président du Parlement Ali Motahar affirmant à l’agence Fars que discuter avec M. Trump « serait une humiliation ».

Sur Twitter, un conseiller du président iranien Hassan Rohani a assuré que toute discussion avec les Etats-Unis devait commencer par « le respect de la grande nation iranienne, la réduction des hostilités et le retour des Etats-Unis dans l’accord nucléaire » de 2015, a estimé Hamid Aboutalebi .

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

C’est une nouvelle volte-face dont Donald Trump garde le secret.

Une semaine tout juste après avoir menacé le président iranien de « conséquences comme peu [de pays] au cours de l’histoire en ont connu », le président américain a tendu la main lundi soir à la République islamique.

« Je rencontrerai certainement l’Iran s’ils [ses dirigeants, NDLR] sont prêts à me rencontrer », a-t-il lancé depuis la Maison-Blanche, à l’issue d’une rencontre avec le président du Conseil italien Giuseppe Conte.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Ainsi, après un tweet des plus guerriers menaçant l’Iran de ses foudres jupitériennes, il annonce une semaine plus tard, vouloir rencontrer les dirigeants de Téhéran « sans pré-conditions », affirmant dans la foulée : « Je ne sais pas s’ils sont prêts.

D’un côté, Hamid Aboutalebi, conseiller du Président Hassan Rohani, assure certes que d’éventuelles discussions au sommet auraient, pour préalable : « Le respect de la grande nation iranienne, la réduction des hostilités, le retour des États-Unis dans l’accord nucléaire », toutes précautions susceptibles « d’ouvrir le chemin chaotique du moment ».

De l’autre, Bahram Qassemi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, se montre nettement moins conciliant : « Avec l’Amérique d’aujourd’hui et les politiques qu’elle mène, il est absolument impossible d’avoir un dialogue et de l’engagement.

Lire la suite sur www.bvoltaire.fr…

Lire la suite sur www.lavoixdunord.fr…