L'ex-ministre Bruno Le Roux entendu sur les emplois de ses filles

M. Le Roux, qui avait dû quitter le gouvernement moins de 24 heures après ces révélations embarrassantes pour la gauche à moins d’un mois de la présidentielle, a été entendu en audition libre par les enquêteurs de l’Office anticorruption (Oclciff) de la police judiciaire à Nanterre, ont indiqué mercredi des sources proches du dossier.

– En même temps que Penelope –
Vieux routier du PS, M. Le Roux, 51 ans, ne sera resté que 106 jours à l’Intérieur, un ministère sensible en première ligne face à la menace jihadiste, et qui a la main sur l’organisation de la présidentielle.

L’audition de M. Le Roux a été menée à l’abri des regards au moment où Penelope Fillon, l’épouse du candidat de la droite à la présidentielle François Fillon, était entendue par les juges d’instruction dans l’enquête sur ses emplois comme collaboratrice parlementaire de son mari et de l’ex-suppléant de ce dernier Marc Joulaud, qui ont déjà été mis en examen.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Bruno Le Roux, ancien ministre de l’intérieur, a été convoqué mardi 28 mars par la police judiciaire dans le cadre de l’enquête sur les emplois de ses filles comme collaboratrices parlementaires, rapporte mercredi Le Parisien.

L’émission « Quotidien », sur TMC, avait révélé le 20 mars que Bruno Le Roux, lorsqu’il était député de la Seine-Saint-Denis, avait employé ses deux filles en CDD, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes, entre 2009 et 2016, pour un total d’environ 55 000 euros de salaires.

« Des travaux effectivement réalisés »
Emporté par la polémique sur ces emplois familiaux au Parlement, Bruno Le Roux, proche de François Hollande, dut démissionner dès le lendemain, le 21 mars.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier
L’ancien ministre de l’Intérieur a été entendu dans l’affaire des emplois controversés de ses deux filles à l’Assemblée nationale.Au moment où les juges interrogeaient Penelope Fillon mardi soir, l’ancien ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux était, lui, discrètement entendu par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff).

Cela fait suite au lancement d’une enquête préliminaire le 21 mars sur l’emploi controversé de ses deux filles, en CDD, à l’Assemblée nationale.

Le ministre de l’Intérieur a confirmé publiquement ces informations : «Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés notamment ou des périodes de vacances scolaires mais jamais en permanence».

Lire la suite sur www.leparisien.fr…